Référence multimedia du sénégal
.
Google

AFFAIRE DU SACCAGE DES JOURNAUX - Le ministre de la Justice transmet le Rapport du Procureur

Article Lu 1688 fois

Comme le révélait Le Quotidien ce week-end, le Procureur général près la Cour d’Appel de Dakar, Mandiogou Ndiaye, avait déposé, vendredi dernier, son Rapport relatif aux saccages des locaux des quotidiens L’As et 24 Heures Chrono, au cabinet du ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Madické Niang. Ce dernier transmettra, cette semaine, ledit Rapport au Bureau du président de l’Assemblée nationale, Macky Sall. Le cas, pour ne pas dire le sort de l’ex-ministre des Transports aériens et de l’Artisanat est, désormais, entre les mains de l’Assemblée nationale, pour son éventuelle mise en accusation auprès de la Haute Cour de Justice.



AFFAIRE DU SACCAGE DES JOURNAUX - Le ministre de la Justice transmet le Rapport du Procureur
Le sort du désormais ex-ministre des Transports aériens et de l’Artisanat, Farba Senghor, par ailleurs secrétaire général chargé de la Propagande au Parti démocratique sénégalais (Pds), ne se joue plus véritablement au niveau de la Justice, concernant l’affaire des saccages des locaux de L’As et 24 Heures Chrono. Pas, en tout cas, au niveau du Procureur général près la Cour d’Appel, Mandiogou Ndiaye, encore moins au niveau de la police qui avait été chargée de l’enquête. Nous vous disions, lors de notre dernière livraison (Le Quotidien du samedi 26 et dimanche 27 septembre 2008) que le Procureur général près la Cour d’Appel de Dakar avait rédigé un Rapport qu’il a, ensuite, déposé, vendredi dernier en fin de journée, au cabinet du ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Madické Niang. Ce dernier, assure-t-on du côté de la chancellerie, transmettra ce Rapport accablant pour le ministre Farba Senghor au Bureau de l’Assemblée nationale. Il revient, désormais, à l’institution parlementaire de décider d’une éventuelle mise en accusation de Farba Senghor devant la Haute Cour de Justice. La décision pourrait intervenir au plus tard, le 15 octobre 2008, avec l’ouverture de la session parlementaire.


Selon plusieurs confidences de gens proches de la chancellerie, cette étape judiciaire franchie, les autorités judiciaires en charge du dossier estiment «avoir rempli leur mission». Autrement dit, désormais, elles «s’en lavent les mains pour placer l’Assemblée nationale devant ses responsabilités». Cette phase judiciaire intervient après le jugement des nervis (parmi lesquels des gardes du corps de l’ex-ministre Farba Senghor), auteurs des actes punitifs contre L’As et 24 Heures Chrono dans la nuit du 23 août 2008. Ces nervis ont écopé de peines d’emprisonnement allant de cinq à six ans. Le ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Madické Niang, n’entend pas traîner pour balancer la patate chaude à l’Assemblée nationale. L’institution parlementaire, de qui dépend une éventuelle mise en accusation de Farba Senghor, hérite donc d’un Rapport circonstancié du Procureur général, Mandiogou Ndiaye ; un Rapport qui, comme nous l’écrivions dans notre édition du week-end et sur la base d’informations de proches de la chancellerie, «met gravement en cause la responsabilité, dans cette affaire, de l’ex-ministre des Transports aériens et de l’Artisanat, Farba Senghor».

Le Rapport accablant pour celui-ci et qui sera soumis bientôt à l’Assemblée nationale «tire sa substance du Procès-verbal d’enquête de police», mais aussi du compte-rendu d’audience de jugement.

D’ailleurs, le procès d’enquête de la police et le compte-rendu d’audience de jugement sont annexés au Rapport du Procureur général, près la Cour d’Appel de Dakar. Mandiogou Ndiaye avait demandé, dans ce Rapport, au ministre d’Etat, ministre de la Justice, Me Madické Niang, d’en tirer toutes les conséquences de droit. Certaines confidences proches de la chancellerie croient savoir que Farba Sengjhor échappera difficilement à une mise en accusation devant la Haute Cour de Justice. Par contre, elles se refusent à préciser si oui ou non Me Madické Niang a échangé avec le président de la République, Abdoulaye Wade, des suites à donner au Rapport, même si «cette affaire relève maintenant du pouvoir législatif».

En tout état de cause, nos interlocuteurs avaient assuré que «les magistrats ont fait ce qu’ils devaient faire» et que, désormais, «la traduction de Farba Senghor devant la Haute Cour de Justice relèvera d’une décision politique». Les autorités judiciaires en charge du dossier estiment être allées jusqu’au bout et mis les pouvoirs publics devant leur responsabilité.

Source: Le Quotidien

Article Lu 1688 fois

Lundi 29 Septembre 2008





1.Posté par Kunta le 29/09/2008 16:52
Mais meunou teuthie ndéye niit ki!!
Tout le monde sait kil est coupable mais on n'ose lever le plus petit doigt.
Les journalistes aussi de grâce ignorer ce mec.
Vous lui tendez également le micro malgré toutes les menaces et insultes qu'il a proférées à votre égard. N'est ce pas lui qui voulait boycotter la presse? et pourquoi continuer à parler de lui?
Vous faîtes également sa promotion il faut le savoir nak!!

2.Posté par diallo le 29/09/2008 20:39
il doit être pendu ce batard de farba. senegal amoul justice.

3.Posté par absolu mutulay le 30/09/2008 06:00
k dame "justice" fasse son devoir ... en toute transparence

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State