Référence multimedia du sénégal
.
Google

AFFAIRE ABDOULAVE BALDE / PAPE MALICK NDIAYE: Ce que vous ne saviez pas des pots de vin de l’Anoci

Article Lu 12559 fois

L’année 2006 a été particulièrement marquée par cette histoire de « pots de vin» à l'Anoci. Le Chef de l'Etat venait tout juste de lancer le démarrage des travaux de cette agence dirigée par Karim Wade. Un jeune étudiant sénégalais du nom de Pape Malick Ndiaye allias «Corbeau» sort de l'anonymat et devient l’une des personnes les plus médiatisées du pays. Il venait d'adresser une lettre ouverte à Abdoulaye Racine Kane, Délégué au Management Public (DIAP) qui est le coordonnateur du Programme National pour la bonne Gouvernance (PNBG). C'était le jeudi 11 mai 2006. Après la liberté provisoire dite au profit de Pape Malick Ndiaye, nous revenons sur les faits avec des documents supplémentaires face aux allégations du «Corbeau». Il y a un an, les chefs d’inculpation ont été gonflés. Le jeune est désormais poursuivi pour « faux et usage de faux, dénonciations calomnieuse et diffusion de fausses nouvelles».



AFFAIRE ABDOULAVE BALDE / PAPE MALICK NDIAYE: Ce que vous ne saviez pas des pots de vin de l’Anoci
Ce sont nos confrères du quotidien « L’Observateur» qui ont été les pre­miers à publier cette information. Et c'est l'un de ses correspondants, Ousmane Cissé basé à Paris, qui avait enfoncé le clou. Dans son arti­cle, le journaliste révélait que les accusations portées contre le Secrétaire général de la Présidence de la République et Secrétaire Exécutif de l'Anoci, Abdoulaye Baldé, seraient l’œuvre de Macky Sall, alors Premier Ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye Directeur de Cabinet du Président, Ousmane Ngom Ministre de l'Intérieur et Cheikh Tidiane Sy Ministre de la Justice. Jusqu'à ce jour, leur implication n'a pas été confirmée. Le silence s'empare des couloirs du Pouvoirs. Le Gouvernement et la Présidence venaient de connaître une crise morale profonde. Le Secrétaire général de la Présidence est atteint dans son amour propre. Et Ziguinchor se met debout comme un seul homme pour soutenir son fils.

L'affaire est politique. Des suspicions gagnent les coulisses du pouvoir. L'ancien Premier Ministre, Macky Sall a été, plus soupçonné que les autres membres du Gouvernement, cités par le Journal « L’Observateur ». Le corbeau réussit à agiter l’attelage gouvernemental que dirigeait l’actuel Président du Parlement.

Le secrétaire général de la Présidence est accusé d’avoir touché « des pots de vin ». Le fils du Président, Karim Wade Président du Conseil de Surveillance de l’Anoci est également indirectement accusé. Le Président Wade aussi. Les premiers commentaires indexent les adversaires de Abdoulaye Baldé dans le Gouvernement. Et ils étaient nombreux. Des rumeurs faisaient croire à un départ de Macky de la Primature et l’arrivée de Baldé à ce poste.

L’enfant de Ziguinchor est poignardé, le sang coule jusque dans les coulisses de l’ancienne « Maison Militaire ».

De grands caciques du pouvoir joignent au téléphone le Secrétaire Exécutif de l’Anoci pour lui témoigner leur soutien. En plein Conseil des Ministres, le Président de la République Me Abdoulaye Wade s’adresse à son Secrétaire général en ces termes : « Tiens bon jeune homme ! ». Le flic esquisse un sourire éphémère.



BALDE L'A ECHAPPE BELLE

L'opposition a été accusée à tort dans cette affaire. Même Idrissa Seck a été soupçonné. Mais en réalité, les pistes allaient tout droit vers de hautes autorités de l’Etat.

Un dossier accablant a été monté de tout pièces contre Abdoulaye Baldé et remis au Président de la République qui a , à un moment donné, douté de l’innocence de l’un de ses plus proches collaborateurs. C'est le même scénario monté contre l'ancien Président de la Fondation «Afrique Aide Afrique » (AAA), Abdou Latif Guèye qui a été mis en branle­

Le Président de la République a failli, selon certains témoignages, se séparer de son Secrétaire géné­ral qui aurait été sauvé de justesse par Karim Wade. Le Président Wade avait, dès le départ, cru aux informations qu'il avait reçues contre Baldé. Et comme il est prompt à signer un décret de limo­geage, le petit fils d’Aline Sitoé Diatta était véritablement cuit,

Le principal défaut du Président de la République, Me Abdoulaye Wade, c'est que, comme l'avait dit l'ancien Chef de l'Etat, Abdou Diouf : «Wade n'écoute que, le premier venu», Chez lui, il faut toujours avoir la «faveur de la proximité si on veut durer dans le système. Idrissa Seck l'a compris trop tard en dépit de ses années de compa­gnonnage avec ce dernier. Son départ de la Présidence a offert à ses adversaires tous les moyens de le dresser contre Wade.

Aux moments de l'éclatement de cette affaire des « pots de vin » la presse avait sorti quelques élé­ments d'un dialogue entre Wade et son fils sur cette affaire. La déclara­tion de Karim Wade sur les ondes de la « RFM » interrogé par le Directeur de la radio, Mamoudou Ibra Kane, avait clarifié certaines choses et confirmé ce que tout le monde pensait déjà. C'est-à-dire un complot contre l'Anoci. Abdoulaye Baldé, Karim et contre Wade. C’est depuis cette date que les rapports entre Karim et Macky se sont détériorés. Un virus infiltre le Pds, le Gouvernement et même le sys­tème, tout est divisé en deux clans. Les gens commençaient à raison­ner en terme de «pro Macky» et «pro Karim», Le Président de l'Anoci prend ses distances face au Premier Ministre. Ce fut le début de la « guerre froide » jusqu'au jour de la convocation de Karim à l’Assemblée nationale.



UNE REUNION SECRETE TENUE A LA PRESIDENCE



Certains caciques du pouvoir vou­laient se séparer de Abdoulaye Baldé qui avait gagné la confiance du Président de la République et de son fils. Il prend des gallons dans le système. Mais sa promotion inquiétait certains qui pensaient que le Président peut, à tout moment, le nommer à leur place. L’Anoci démarre ses travaux, le Président félicite l'équipe de son fils ; les comploteurs déclenchent leur plan. Mais tout ceci a une ori­gine.

Selon nos informations, c'est une dame, une nièce du Président de la République, qui aurait,soufflé à un autre proche de l’ancien Premier Ministre qu'une réunion s'est tenue à la Présidence et qu'il était question de son remplace­ment à son poste de Premier Ministre par Abdoulaye Baldé. Vrai ou faux ? Wade voulait-il effective­ment nommer Baldé à la place de Macky ? On s'interroge toujours. Mais l'information n'était pas tom­bée dans l'oreille d'un sourd. Abdoulaye Baldé, Macky Sall et leurs proches étaient tous au parfum de cette réunion tenue à la Présidence. Certains, jusqu'à présent, doutent de la tenue réelle de cette réunion.

Depuis l'éclatement de cette affaire, Macky, Karim et Baldé n'étaient plus en de bons termes en dépit des multiples action du Président de l’Assemblée nationale pour démentir les rumeurs. Mais Karim et Baldé ne pouvaient croire à sa bonne foi à cause des proches de Macky qui publiaient quotidiennement des articles de presse accusant ouvertement les autorités de l'Anoci dans cette affaire de pots de vin de l'Anoci. Jusqu'à ce jour, personne n'a démontré la culpabilité de Macky Sall son innocence non plus. Mais il y a des faits non encore dits dans cette affaire.



LES DOCUMENTS BRANDIS PAR PAPE MALICK NDIAYE



D’abord, le « corbeau » avait adressé une lettre ouverte au Directeur du Programme Nationale pour la Bonne Gouvernance (PNBG). Une correspondance qu’il a envoyée au non du collectif de Réflexion et d’Action Contre la Corruption et pour la Bonne Gouvernance (GRAC). Dans ce document, Pape Malick Ndiaye a tenu des accusations graves contre l'administration sénégalaise de matière générale. Il parle de « hauts - placés dans la police, du bureau des passeports, de la douane, du part, de l’aéroport, du ministère des Affaires Etrangères» qui, selon lui, «demandent d'importantes sommes d'argent pour rendre service aux non avant droits ». Toujours dans ses accusations, Pape Malick Ndiaye parle dans sa correspon­dance de «pots de vin versés par de grandes sociétés de construc­tion afin de gagner des marchés de construction (sic) des infrastructu­res de l'Oci»,

Le «Corbeau» dit détenir des «cor­respondances, des fax, des ordres de virement d'importantes sommes d'argent vers des comptes offshore en Hollande et à Monaco».

«Les mini caméras de dernière génération utilisées par des servi­ces de renseignement», les films et les enregistrements qu'il aurait détenu n'ont pas été remis aux enquêteurs par Pape Malick Ndiaye qui a fait des mois de prison. Et pourtant les preuves qu'il dit déte­nir pouvaient culpabiliser l'Anoci. Sur le document qu'il avait remis au Directeur de PNBG, le jeune étu­diant avait mentionné son numéro de téléphone (642 29 17) en bas de page en cas de besoin.

Dans ses documents, Pape Malick Ndiaye avait donné des numéros de compte et des noms de banque. En Hollande, Monaco et Genève, il a donné des numéros de compte et des noms de banque. (Voir le fac­ similé ). II faut également retenir qu'aucun des documents brandis par le «Corbeau» n'est authentifié (pas, de signature, pas de cachet encore moins d'entête des banques citées).



POTS DE VIN (BIS)



Informé de cette affaire qui l'a pro­fondément déboussolé, le Secrétaire Exécutif de l'Anoci adressera une plainte datée du 23 mai 2006, au Procureur de la République pour que justice soit dite. Je vous demande de bien vouloir intervenir afin de faire réta­blir toute la vérité qui ne pourra se faire que par une action en justice», avait écrit Abdoulaye Baldé dans sa plainte adressée à Monsieur Lamine Coulibaly. Dans une autre lettre datée du 28 mai 2006, le Secrétaire général de la Présidence tenait à informer toute la presse et les organismes de la Société Civile.



LES RESULTATS DES ENQUE­TES DE LA COMMISSION ROGA­TOIRE



La Commission rogatoire a été dépêchée auprès des banques européennes citées par le jeune Pape Malick Ndiaye dans sa corres­pondance. La Commission s'est rendue en France pour mener des enquêtes à Strasbourg où il serait étudiant. II disait aussi être mem­bre du Crac, un collectif créé le 7 janvier 2005 à Strasbourg.

La Direction des Affaires Juridiques et des Finances Locales, de Strasbourg, au niveau de son bureau des Elections et de l'Administrations Générale avec l'appui de Mme Mengus, a été sai­sie par le Consul de France à Dakar à la date du 22 juin 2006. Dans cette lettre, le Consul demande au Préfet du Bas-Rhin (Strasbourg) de bien vouloir demander «si l'association qui aurait pour dénomination Collectif de Réflexion d'Action contre la Corruption et pour la Bonne Gouvernance (Crac) était enregis­trée dans le Bas-Rhin ». En réponse, le Préfet écrit : «Votre let­tre a retenu toute mon attention. Mais après de nombreuses recherches auprès des différents tribu­naux du département, car en Alsace Morelle, les associations ne sont pas déclarées en préfecture, mais sont inscrites dans les tribunaux d'instance compétentes pour le siège social, il s'avère qu'aucune organisation n'a été inscrite avec cet intitulé». Cette réponse révèle que le Crac de Pape Malick Ndiaye n'existe pas. (Voir la lettre de la pré­fecture du Bas-Rhin)­.

Par ailleurs, les autorités de l'Université de Strasbourg disent n'avoir inscrit dans leur établisse­ment aucun élève répondant au nom de Pape Malick Ndiaye (Voir l'attestation de l'Université Robert Schuman de Strasbourg signée par M. Wagner).

L'Association des Etudiants et Stagiaires Sénégalais de Strasbourg (AESSS),sous la signature de sa Présidente Mademoiselle Diop Ndèye Fatou, étudiante à l'université Marc Bloch de Strasbourg, souligne que «le nommé Pape Malick Ndiaye né le 5 décembre 1982 se réclamant étudiant à l'Université Schumann n'est pas membre de l’Amicale ». ». (Voir la let­tre écrite le 2 juin 2006 par la Présidente de l'Amicale).

Concernant les virements d'impor­tantes sommes d'argent dont parle le jeune Pape Malick Ndiaye qui a cité des banques et fourni des numéros de compte bancaire qui logeraient des fonds. Suite à une sommation interpélative écrite par l'avocat Maître Rasseck Bourgi et adressée à ces institutions financières, toutes ces banques ont réagi et ont donné des réponses. (Voir en fac-similé les réponses des banques). Les banques Van Mastrigt et Parteners (Hollande), Barclays Private Bank (Monaco), et Bank Cial (Suisse) disent n’avoir aucun compte déclaré au non de Abdoulaye Baldé.



L'AVOCAT DE BALDE EXIGE UN PROCES, LE CORBEAU RESTE IMPUNI



Après la libération provisoire de Pape Malick Ndiaye, l'avocat de l'accusé a corsé le dossier avec la révision du chef d'inculpation. Le jeune est accusé de «faux et usage de fauxr de dénonciation calom­nieuse et de diffusion de fausses nouvelles». Mais les autorités de I'Anoci se demandent les raisons qui ralentissent le procès entre Pape Malick Ndiaye et Abdoulaye



Dossier réalisé par Mouth Bane

Source: Le Confidentiel


Article Lu 12559 fois

Dimanche 30 Mars 2008





1.Posté par FATOU le 30/03/2008 06:00
ca au moins c du journalisme

2.Posté par LAYE le 30/03/2008 08:10
FaTOU


trés bonne remarque


o moins on êut que vous n'avez ménagé vos efforts por éclairer sur les (dires et) actions des différents parties

En revenant sur le sujet, on a tendance que
Moi je trouve la politique o senegal particuliérement dégueulassa car il faut savoir (que le gars) Baldé était bien inspecteur (si je me troupe), en tout cas un membre des autorités de défense. Mais il c o fur et a mesure mué dans la politik pou nous devenir un défenseur du vieux, un allié du petit karim

Toujours est-il que le corbeau ne semble pas tenir sa langue dans sa poche tellement ses accusations sont gravissimes, mais on est o sénégal et tt le monde connait le régime, en y faisant parti on est pr.....

Mais comme la relaté notre journaliste, il n'a presque pas traces universitaires ou autres

alors devrait on crédit a ses propos???? bien qu'il ait des preuves
sa source a lui doit être retrouvé

pour moi c toujours discutable

3.Posté par quidam le 30/03/2008 12:57
c'est clair que cet article est commandité par qui vous savez. franchement, il n'apporte aucun éclairage disculpant monsieur baldé. évidemment que quand on reçoit des pots de vins, via les banques, on recourt au système de prête-nom. de plus quelle crédibilité donner aux informations livrées par ces banques offshore réputées pour leur opacité. Il faudra certainement des moyens d'investigations plus éléborées que les simples sommations interpellatives adressées à ces banques. leurs réponses étaient connues d'avance car elles ne dénoncent jamais leurs clients qui sont de véritables poules aux oeufs d'or. Du reste, en faisant publier cet article, monsieur Baldé veut simplement détourné l'attention de l'opinion à l'heure où les critiques et dénonciations fusent de partout pour réclamer la reddition des comptes de la gestion de l'ANOCI. il veut simplement divertir en déblayant une affaire où manifestement il est encore en bonne posture du fait du manque d'éléments probatoires le mettant en cause. Mais l'avenir nous édifiera. De grâce monsieur baldé faites nous le bilan de votre gestion à l'ANOCI et les conditions dans lesquelles vous avez dilapidées l'argent du contribuable plutôt que de chercher à nous divertir.

4.Posté par REEW le 30/03/2008 14:00
VOUS PARLEZ TOUS DE BON JOURNALISTE SANS FAIRE ATTENTION à la signature de ce document: Dossier réalisé par Mouth Bané Source: Confidentielle
Ce n'est que de la propagande tout ça. Ce dossier qui semble bien informé nous signale que c'est confidentiel. La question à se poser aujourd'hui au Sénégal est de savoir : Qu'est ce qui est fiable? Au plus haut sommet de cette république bananière se trouvent des bricoleurs qui ont comme mission de RETOUCHER les règles d'un bon fonctionnement d'une DEMOCRATIE. Alors tout le reste n'est que FOLKLORE et DELATION. ATTENTION les LOUPS SONT dans la bergerie.

5.Posté par Dégouté le 30/03/2008 15:41
MOUTH BANE EST UNE PLUME DE LA PRESIDENCE, ancien journaliste au Messager de Alioune DIOP, ancien journaliste de IL EST MIDI de Ndiogou Wack Seck.
A bon entendeur

6.Posté par zaleAtlanta le 31/03/2008 01:39
T'as raison Degoute Mouth Bane est un pur produit de Ndiogou Wack Seck donc de la presidence. So Lecteurs de cet article faites attention a cet none sense commentaire.


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 15:29 Nouvel an, nouveau procès pour Hissène Habré

Vendredi 2 Décembre 2016 - 15:21 Macky Sall et l’Opposition que de concessions!

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State