Référence multimedia du sénégal
.
Google

ACCUSE DU MEURTRE DE SON EPOUSE ET DE SA FILLE : Amadou Mamadou Kane prend 15 ans de travaux forcés

Article Lu 1592 fois


Le quartier Hamdalaye IV de Thiaroye était consterné en apprenant qu’Amadou Mamadou Kane dit Doro venait de tuer son épouse et sa fille de deux ans. Une force invisible, dit-il, l’aurait poussé à agir ainsi. Jugé hier par la Cour d’assises de Dakar pour ces meurtres, il a été condamné à 15 ans de travaux forcés.

Ce « Haal pulaar », comme il se dit, a pourtant soutenu que sa femme Ndimou Niang et sa fille de deux ans, Seynabou, étaient les êtres les plus chers de sa vie. Et pourtant Amadou Mamadou Kane dit Doro les a tuées. Dans la nuit du 19 au 20 janvier 1997, Doro a éliminé d’une manière particulièrement atroce les siennes. Marié depuis 1989, il affirme avoir vécu harmonieusement avec sa femme avec qui il a eu trois enfants dont le premier est décédé. Mais alors qu’est-ce qui a pu se passer dans la tête de cet homme pour l’amener à commettre l’irréparable ? L’accusé dit avoir agi « sous l’emprise d’une force puissante et invisible ».

A la barre, il a maintenu cette version des faits en rappelant que, par le passé, il avait, à trois reprises, été attaqué par cet esprit surnaturel extrêmement poilu, sans préciser les dates. Pourtant, l’homme est décrit par ses beaux-parents comme un gendre travailleur, calme et sans histoire. Alors que son bailleur soutient qu’il se battait régulièrement avec son épouse, mettant ce comportement sur le compte de la jalousie. L’expert médical commis a conclu que l’accusé souffre d’une épilepsie temporale, une affection neuro-psychiatrique qui peut expliquer son acte. A la barre, le médecin Amadou Mactar Seck pense que l’accusé était, le jour du drame, sous l’emprise de cette maladie qu’il décrit comme la forme la plus grave des maladies épileptiques. Il s’agit d’un trouble confusionnel qui dissout toute capacité de discernement. C’est-à-dire que le sujet perd la conscience et toute notion de la réalité. Autrement dit, il devient un fou.

Bestialité des coups

Malgré ce témoignage favorable à l’accusé, l’avocat général Cheikh Tidiane Ndour a essayé dans son réquisitoire d’asseoir la thèse de l’accusation. Selon lui, il prenait Amadou Mamadou Kane dit Doro comme un individu faible d’esprit. Mais, en réalité, l’accusé lui est apparu comme un individu très cohérent et sain d’esprit. A son avis, Doro n’était pas sous l’emprise d’une force quelconque ou de folie, fut-elle temporaire au moment de la commission du double meurtre. « La nature des coups et leur bestialité ne laissent aucun doute sur l’intention de l’accusé de donner la mort », indique M. Ndour. Il ajoute que les voisins de l’accusé, notamment son bailleur, l’ont décrit comme quelqu’un qui se battait régulièrement avec sa femme. Ce qui renseigne sur la personnalité d’Amadou Mamadou Kane dit Doro. Evoquant le rapport d’expertise, l’avocat général souligne que le document n’établit pas de façon claire que l’accusé était, au moment des faits, sous l’emprise de la folie. « La preuve de la démence de l’accusé n’est pas rapportée, ici, de manière irréfutable », avance-t-il. Donc, les faits pour lesquels il comparaît ne peuvent pas tomber sous le coup de l’article 50 du Code pénal qui considère la démence comme une cause d’irresponsabilité. La démence écartée, l’avocat général a requis 20 ans de travaux forcés en reconnaissant toutefois à l’accusé le bénéfice des circonstances atténuantes. Parce qu’il est décrit dans l’enquête de personnalité par sa belle-famille comme un mari travailleur, pieux, sans histoire et qui chérissait beaucoup sa femme et ses enfants.

S’engouffrant dans cette brèche ouverte par l’avocat général, le pool d’avocat commis pour défendre Amadou Mamadou Kane dit Doro trouve le réquisitoire du parquet contradictoire. A leur avis, si l’accusé doit être déclaré coupable comme le pense l’avocat général, la peine qu’il devait requérir, c’est celle des travaux forcés à perpétuité. Une telle demande s’explique, selon eux, par le fait que le parquet a du mal à asseoir son accusation, car tous les éléments du dossier plaident en faveur de leur client. D’abord son acte relève de l’anormal, disent les avocats. Quel individu normal tuerait de sang froid sa femme et sa fille ? se sont-ils demandés.

Ils soulignent également que l’acte est d’autant plus inexplicable que l’accusé est décrit par ses beaux-parents comme un individu modèle.

Mieux encore, l’expert a conclu que leur client souffre d’épilepsie temporale qui, en cas de crise, annihilait toute capacité de discernement du sujet. Autant d’arguments qui ont poussé la défense à solliciter la relaxe de l’accusé, « dément » au moment des faits. La Cour, après délibération, a reconnu Amadou Mamadou Kane dit Doro coupable et l’a condamné à 15 ans de prison ferme. En prison depuis le 17 janvier 1997, il purgera encore quatre ans.

Source: Le Soleil

Article Lu 1592 fois

Vendredi 18 Janvier 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State