Référence multimedia du sénégal
.
Google

ACCUSE DE VIOL SUR MINEURE : Assane Diongue échappe à 10 ans de prison

Article Lu 1936 fois


Le nommé Assane Diongue comparaissait pour une affaire de viol sur une mineure de moins de 15 ans. Les faits se sont déroulés au croisement Tène, à Sangalkam, il y a de cela trois semaines.

La jeune M.S. dit avoir été abusée sexuellement par le chauffeur Assane Diongue. Elle avait demandé à sa maman la permission pour aller uriner derrière un magasin qui se trouve à quelques mètres du lieu de vente de sa mère. C’est là-bas qu’Assane Diongue l’aurait surprise pour entretenir avec elle des relations intimes forcées. « Lorsque j’ai terminé d’uriner, il m’a surprise. Il m’a pris par la gorge et a mis sa main sur ma bouche. Il m’a amené dans un endroit où il n’y avait pas de lumière. C’était la nuit, vers 20 heures », raconte à la barre la jeune plaignante accompagnée de sa mère.

« Avez-vous constaté du sang, après l’acte sexuel ? », lui a demandé le Procureur. La réponse a été négative. La jeune victime indique n’avoir pas senti ni du sang ni de perte blanche. Me Mbengue, avocat de la défense, a poursuivi en demandant si elle avait crié ou pas lors des faits. A cette question aussi, la jeune fille répond par la négative, ajoutant qu’elle avait supplié cinq fois son « bourreau » de la laisser.

Dès réception de la convocation de la gendarmerie, le frère et la sœur du prévenu avaient jugé utile de privilégier la voie du dialogue en allant demander pardon à la famille de la fille puisqu’ils étaient des parents. Le hic, c’est que cette médiation s’était faite à l’insu du principal concerné. Le président du tribunal a demandé à Birame Diongue, frère du prévenu, qui était allé en compagnie de sa sœur demander pardon de témoigner si c’est Assane qui les avait envoyés ou non. Il a laissé entendre qu’ils ne l’avaient pas avisé. Puisqu’il s’agissait d’une affaire de famille, ils ont jugé utile d’aller plaider pour un règlement à l’amiable du problème.

Une attitude que le Procureur a fustigée. « Savez-vous ce qui a été notifié dans la convocation ? », a-t-il demandé au frère du prévenu. « Non, je ne savais pas. On était sûr seulement qu’elle était destinée à mon frère », répond Birame Diongue. « Pourquoi aller faire la médiation sans demander l’avis du concerné ? Et pourquoi se précipiter ? » a poursuivi le Procureur, l’air sévère, qui semble étonné de l’attitude du frère et de la sœur du prévenu.

Me Mbengue, avocat de la défense, quant à lui, a demandé à la maman de la victime si le frère et la sœur voulaient négocier pour le compte de son client. Elle a indiqué qu’ils étaient venus seulement parce qu’ils sont des parents afin de pouvoir régler à l’amiable l’affaire.

Me Ka, avocat de la partie civile, a souligné que la plaignante n’a aucun intérêt à ester devant la justice si les faits n’étaient pas graves. Selon lui, ce qui est troublant dans cette affaire, c’est « qu’Assane Diongue est resté sur la défensive ». Il a précisé toutefois que le jour des faits, le prévenu était bel et bien sur les lieux. « Chose qu’il continue de nier », regrette-t-il. Me Ka a plaidé pour la condamnation du prévenu à la peine maximale et une somme d’un million de FCfa en guise de dommage et intérêt.

Le Procureur a, dans son réquisitoire, soutenu que le certificat médical de la gynécologue atteste qu’il y a eu viol. Il a demandé au tribunal de condamner le prévenu au maximum de la peine : 10 ans ferme.

Me Mbengue a battu d’un revers de main les faits reprochés à son client. « Assane Diongue est majeur et responsable pour commettre cet acte », dit-il. Selon lui, on doit respecter une certaine logique. « Le dossier est d’une vacuité extraordinaire. Il n’y avait pas de sang sur la partie civile, ni sur son corps ni sur ses habits », affirme-t-il. De l’avis de ce dernier, son client n’est pas coupable des faits qu’on lui reproche. « Il n’y a pas d’éléments fiables et palpables », souligne-t-il. Me Mbengue a demandé la relaxe pure et simple de son client. La cour, après délibération, a relaxé le prévenu Assane Diongue.

Source: le Soleil

Article Lu 1936 fois

Lundi 13 Octobre 2008





1.Posté par DEFENDARD le 13/10/2008 13:45
ça n'interesse personne???

2.Posté par DEFENDARD le 13/10/2008 14:29
nan ça interesse quand c des histoires avec des toubabs, adama sow tas rien dis, ça c'est un detournement de mineur, un vrai! alors?????


Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State