Référence multimedia du sénégal
.
Google

ACCUSE D’AVOIR VOLE les 4 MILLIONS DE FRANCS du « francenabe » : Le tribunal relaxe Aziz Guèye

Article Lu 1576 fois


THIES : Accusé par le Franco-sénégalais de lui avoir volé la somme de 4 millions de francs, 4 portables haut de gamme et d’autres effets, le Thiessois Aziz Guèye a été finalement relaxé par le tribunal régional de Thiès.

Mady Doucouré a, certes, accueilli le verdict avec une grande amertume. Quelques jours auparavant, il foulait le sol sénégalais pour se ressourcer et se familiariser avec ses racines. L’étudiant en électrotechnique est reparti très déçu de son séjour au pays de ses ancêtres. Selon lui, son voleur ne pouvait être qu’Aziz Guèye, celui-là même qui l’a accueilli à l’aéroport international Léopold Sédar Senghor et qui l’a conduit à la Patte d’Oie afin de lui trouver un logement. Hormis la brique qui lui appartenait, Mady parle de trois autres millions qu’il devait remettre à leurs légitimes propriétaires, ainsi que des portables qu’il envisageait d’offrir en guise de cadeaux à des amis et des parents. A l’en croire, il a toujours soupçonné son « njatigué » Aziz qui a toujours été avec lui durant le peu de temps qu’il a passé à Dakar. Selon le Franco-sénégalais, ils étaient toujours ensemble, de jour comme nuit. Toutes choses qui l’ont conduit à porter plainte contre le Thiessois.

Me Alioune Sène a soulevé, avant l’interrogatoire à la barre, une exception de nullité. Il a dit que l’officier de police judiciaire en service au commissariat central de Thiès a entendu une deuxième fois Aziz Guèye, alors qu’il est déjà passé devant les policiers enquêteurs du commissariat de Dieuppeul à la suite de la plainte déposée par Mady Doucouré. C’est également sous ses ordres que le mis en cause a été cueilli chez lui et conduit manu militari à la police. Le procureur de la République a estimé que cette exception de nullité est irrecevable. Le tribunal, statuant sur cette exception, l’a rejetée.

Les débats à la barre pouvaient alors commencer. Mady Doucouré affirme que la partie civile lui a été recommandée par son parent « francenabé ». Il déclare que le jour des faits, le 18 décembre, il a quitté Thiès pour se rendre à l’aéroport où il a accueilli son hôte. « Je suis allé immédiatement entrer en contact avec un homme d’affaires en vue de lui trouver un logement décent où il pourrait passer quelques temps avant de retourner en France », a-t-il dit. Il a précisé que l’appartement qu’on avait présenté à Mady Doucouré manquait d’eau et d’électricité, en plus de quelques retouches qu’il fallait faire. D’ailleurs, ajoute-t-il, Mady a même casqué une certaine somme à titre d’avance en attendant que son nouveau logement soit prêt. Il pense que certainement le « Francenabé » a été victime du vol perpétré dans la chambre où il passait la nuit tout seul. Même s’il a reconnu avoir passé quelques jours avec lui dans cet appartement. Il a toutefois précisé qu’une chambre était mise entièrement à sa disposition. Il y recevait ses copains, voire ses copines.

La partie civile, quant à elle, a soutenu qu’il était loisible à Aziz d’entrer en possession du trousseau de clés comme bon lui semblait. Et, c’est à la veille de son départ pour Thiès que le prévenu lui a remis les clés sans un mot de plus. Et c’est le lendemain qu’il s’est rendu compte du vol. Poursuivant ses explications, Mady Doucouré déclare avoir reçu, quelques jours après, un coup de fil d’Aziz lui disant qu’il était à Thiès. « Lorsque je lui ai mis au parfum du cambriolage commis dans ma chambre, il n’a eu aucune réaction. Il était presque insensible au malheur qui m’était arrivé. De même que lorsque je lui ai annoncé la plainte que j’ai déposée au commissariat de Dieuppeul contre lui. Il avait toujours observé un mutisme total et renversant », dit-il, dépité. Ce sont les seuls éléments qu’il a livrés à la barre de la juridiction régionale de Thiès. Il a soutenu mordicus que son voleur ne peut être que son ami Aziz. Car c’est lui qui connaît les lieux et connaissait ses entrées et sorties.

Pour l’avocat de la partie civile, il ne fait l’ombre d’aucun doute qu’Aziz est celui qui a subtilisé les biens du Franco-sénégalais. Pour étayer son propos, il a dit que celui-ci était toujours collé aux basques de son client de jour comme de nuit. Il a soutenu également que le prévenu pouvait aussi faire un double des clés qui étaient en sa possession pendant un temps.

Autre fait troublant, selon Me Ayi, pas une seule fois Aziz n’a apporté aide et assistance à la partie civile. Pas même des paroles aimables pour le réconforter, rien du tout. « Si vraiment Aziz était à l’abri, pourquoi aurait-il demandé à Mady de lui prêter la somme de 150.000 francs ? s’est-il demandé ». Selon lui, cela paraît « nébuleux ». Il a ajouté que le prévenu a décliné la somme de 50.000 francs que le Franco-sénégalais voulait lui remettre à la place de la somme demandée. Ironiquement, Me Magloire Ayi a affirmé sans ambages que le prévenu avait bien vu les euros que détenait son client et qu’il a bien mûri son plan avant de commettre son forfait. Il a réclamé la somme de 5 millions de francs à titre de dommages et intérêts.

De son côté, Me Alioune Sène, avocat de la défense, a dépeint le prévenu comme un jeune à l’abri du besoin. Parce qu’ayant hérité un legs que lui a laissé son feu père, un riche homme d’affaires. Il a avancé que ce dernier ne lui a enseigné que le saint coran et les bonnes manières. Une bonne éducation. Il s’est étonné également du comportement de la victime en se demandant comment le Franco-sénégalais qui devait remettre le pactole à ses destinataires afin qu’ils puissent bien passer la Tabaski, est resté avec le fric jusqu’au 26 décembre. En tout cas, Me Sène a dit qu’il doute de l’existence même de ce vol de 4 millions et de la fracture de la porte qui, peut-être, selon lui, est une simulation. A défaut de preuves tangibles, Il a demandé la relaxe de son client et de débouter la partie civile de toutes ses demandes qui sont, selon lui, mal fondées. Il sera suivi en cela par la juridiction régionale qui a relaxé son client.

Source: le Soleil

Article Lu 1576 fois

Jeudi 21 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State