Référence multimedia du sénégal
.
Google

ABDOULATIF COULIBALY AU GRAND JURY : « Je n’aurais pas écrit sur l’Anoci si je n’avais pas eu accès à leurs documents »

Article Lu 12674 fois

Invité de l’émission Le Grand Jury, Abdoulatif Coulibaly a largement commenté son ouvrage. Il a également confirmé ses révélations.



ABDOULATIF COULIBALY AU GRAND JURY : « Je n’aurais pas écrit sur l’Anoci si je n’avais pas eu accès à leurs documents »
Comme tout bon journaliste, le directeur de publication du magazine La Gazette n’a pas révélé ses sources. Tout au plus il a déclaré : « J’ai eu accès aux rapports du commissaire aux comptes de l’Anoci et aux procès verbaux des réunions »..

Mieux, il indique que c’est la mise à l’écart du ministre d’Etat Cheikh Tidiane Gadio qui a attiré son attention. « Ce qui a attiré mon attention dès le début, c’est le fait qu’on ait écarté Cheikh Tidiane Gadio de la présidence du Conseil de surveillance de l’Anoci pour nommer le fils du président à sa place. Cela m’a interpellé et je me suis dit que ça entre dans le cadre d’un projet politique muri depuis 2003», souligne le journaliste.

Abdoulatif Coulibaly confirme également ses révélations relatives à la somme de 174 milliards qui a été mobilisée par les responsables de l’Anoci contrairement aux 432 milliards annoncés. « C’est de la fanfaronnade qui traduit le manque de maturité des responsables de l’Anoci. C’est grave de dire à des citoyens d’un pays pauvre que nous avons réussi à mobiliser 432 milliards alors que vous savez en âmes et conscience que c’est faux. J’en veux pour preuve les déclarations d’Abdoulaye Baldé la veille du sommet. Il a dit à la Rts et des journaux l’ont repris que l’Anoci a mobilisé 174 milliards. C’est ce qui est vrai », poursuit le journaliste.

Faisant allusion aux multiples témoignages du président Wade sur son fils, Abdoulatif Coulibaly affirme : « On a voulu nous faire croire que nous avions affaire à un expert financier de la City de Londres. C’est de piètres apprentis qui se sont disqualifié eux-mêmes. Je préfère croire qu’ils sont incompétents. Ils se sont moqués des sénégalais et ils ont voulu jouer avec les fonds publics.

Abdoulaye WANE
Source Sununews.com

Article Lu 12674 fois

Lundi 24 Août 2009





1.Posté par sow le 24/08/2009 01:12
Merci LAtif de nous avoir mis a nu ces tocard. Comme quoi WADE et son rejeton se sont trompes de peuple.Jamais les dignes senegalais n adereront a leur projet monarchique.Meme un eleve du primaire ferait mieux que ce soi disant expert financier sorti de nulle part

2.Posté par ceddo le 24/08/2009 01:22
l'alibi moral de Latif s'avere solide cette fois et risque de faire mouche.Vraiment bravo d'avoir demontrer que le geant Karim a les pieds en argile.

3.Posté par Abzo le 24/08/2009 03:02
Merci Latif! J'ai peur pour mon pays! L'opposition senegalaise n'a jamais compris comment lutter efficacement contre le regime de Wade! Assises, Benno,....c'est bien beau ...mais cela ne marche pas avec ces vautours! Il faut presenter des faits palpables! Il faut les demasquer...Merci encore une fois Latif..Mais ce n'est que le debut...Comment les ammener en justice?

4.Posté par sarr le 24/08/2009 04:58
CHANTIERS DE THIES : Un document classé « Top secret » du ministre Abdoulaye Diop

décembre 2005

popularité : 1%
Depuis quelques semaines, le ministre de l’Economie et des Finances Abdoulaye Diop est l’objet d’attaques virulentes provenant d’une certaine aile de l’Inspection générale d’Etat. En fait, des fonctionnaires à la solde de Karim Wade. Abdoulaye Diop a refusé de jouer le jeu consistant à témoigner à charge contre l’ancien Premier ministre devant les juges, ce qui n’a pas plu au président Wade et à son fils. Dans sa réponse adressée à l’IGE le 25 février 2005, le ministre de l’Economie et des Finances dénonce la violation des textes qui régissent le fonctionnement de ce corps de contrôle de l’Etat et son utilisation à des fins politiciennes. Il souligne par ailleurs que toutes les dépenses effectuées dans le cadre de Thiès 2004 ont fait l’objet d’un décret de présentation à l’Assemblée nationale signé par le président de la République Abdoulaye Wade, et que toutes les règles de transparence en la matière ont été respectées.
AVIS ET OBSERVATIONS SUR LE PRE-RAPPORT
Les avis et observations contenus dans la présente note concerneront toutes les questions intéressant le Ministère de l’Economie et des Finances, afin d’apporter toutes informations vous permettant d’informer Monsieur le Président de la République sur le rôle joué par mon département dans les travaux préparatoires à la Célébration de la Fête de l’indépendance à Thiès en 2004. Il s’agit, en effet, partant d’une appréciation de la Directive donnée par Monsieur le Président de la République à l’Inspection générale d’Etat (IGE), de mettre à votre disposition les informations, documents et clarifications actuellement à ma disposition sur ce dossier.

5.Posté par sarr le 24/08/2009 05:00
CHANTIERS DE THIES : Un document classé « Top secret » du ministre
1- Etendue de la mission :
Sur l’étendue de votre mission, j’ai examiné avec intérêt le contenu de la lettre No 050/PR/MEDC/msdf du 09 juin 2004, joint au pré-rapport, pour comprendre et apprécier les objectifs visés au travers la mission confiée à l’IGE. Cette lettre définit en effet les questions sur lesquelles devraient porter la mission. Elle précise que la mission de l’IGE devrait permettre « de faire la lumière sur le volume des investissements effectués à Thiès, les conditions et les modalités des appels d’offres et enfin les conditions d’exécution des travaux réalisés à Thiès dans le cadre de la fête de l’indépendance 2004 ». Cette précision est importante dans la mesure où elle permet de circonscrire les investigations et conclusions de la vérification aux trois questions posées :
(1) le volume des investissements,
(2) les conditions et modalités des appels d’offres,
(3) les conditions d’exécution des travaux réalisés à Thiès. Je vous fais cependant noter à ce stade que, sauf mauvaise interprétation de ma part, l’objectif fixé par la lettre est d’arrêter le coût réel des travaux et non le montant réel de l’engagement financier de l’Etat dans le cadre des travaux réalisés à Thiès pour la célébration de la Fête de l’indépendance. En effet, tel que j’ai compris les termes de référence de votre mission, il s’agit 1/ d’arrêter en montant ( coût des travaux en francs CFA) et par nature (types d’immeubles et autres infrastructures réalisés) le volume des investissements réalisés à Thiès, 2/ de préciser les conditions et modalités des appels d’offres (modalités de mise en concurrence des entreprises, procédure de choix, procédure de saisine des instances compétentes pour donner un avis et approuver les contrats, etc...), 3/ et d’analyser les conditions d’exécution des travaux, en examinant la procédure de suivi technique des travaux et éventuellement les paiements des entreprises. Il faut noter cependant que cette dernière tâche peut être interprétée différemment.

6.Posté par sarr le 24/08/2009 05:01
CHANTIERS DE THIES : Un document classé « Top secret » du ministre Abdoulaye Diop

2- Collaboration avec l’Inspection générale d’Etat :
Dans le cadre de la mission que le Chef de l’Etat vous a confiée, et conformément à mes obligations en la matière, notamment celles définies par l’article 11 du décret No 80.914 du 5 septembre 1980 organisant l’Inspection générale d’Etat, j’estime vous avoir apporté toute la collaboration et la disponibilité nécessaires au bon déroulement de vos investigations. Depuis le début de votre mission, j’ai en effet engagé les services placés sous mon autorité à vous produire les informations nécessaires et tous les documents demandés ont été mis à votre disposition directement par moi-même ou par les services placés sous mon autorité. Ceci étant dit, je dois préciser avec clarté et conviction que moi-même et les services placés sous mon autorité considérons avoir respecté toutes les règles de transparence, de rigueur et de célérité dans la gestion du dossier des travaux de Thiès. En effet, nous sommes fondés à penser que Monsieur le Président de la République pourra, sur la base des éléments contenus dans votre rapport final, se faire définitivement une claire opinion sur le rôle joué par moi-même et les services du Ministère de l’Economie et des Finances dans ce dossier, notamment sur le respect des dispositions légales et réglementaires applicables en la matière.
3- Relevé de certaines insuffisances dans la procédure :
3-1 Tout d’abord, il apparaît, sauf erreur de ma part, que le statut du document que vous m’avez envoyé n’est pas prévu par les dispositions de l’article 12 du décret No 80-814 du 05 septembre 1980 organisant l’Inspection générale d’Etat. En effet, il n’est pas prévu la soumission au service contrôlé d’un pré-rapport avant la forme que vous avez utilisée. Aussi, il me semble pertinent de faire la différence entre un pré-rapport, qui dans le cas du présent dossier est incomplet et censé être d’après vous le 1er volume du rapport, et un rapport provisoire à soumettre à l’appréciation contradictoire des services contrôlés. C’est pourquoi, je souhaiterais être édifié sur la nature du document que vous m’avez transmis. En tout état de cause, le fait que la nature du document ne soit pas prévue rend non applicables les dispositions réglementaires pertinentes (délai de réponse, contenu etc...) ;

7.Posté par sarr le 24/08/2009 05:02
CHANTIERS DE THIES : Un document classé « Top secret » du ministre Abdoulaye Diop

3-2 Aussi, et toujours dans la forme du pré-rapport, j’ai noté que le document a été co-signé par les autres IGE membres de la mission, ce qui s’écarte des dispositions de l’article 13 du décret No 80-814 du 05 septembre 1980 organisant l’Inspection générale d’Etat qui précise que si l’opération de contrôle a été conduite par une mission regroupant plusieurs inspecteurs, « son chef doit effectuer, en un rapport d’ensemble, la synthèse des rapports de détail établis par chacun des membres de la mission » ;
3-3 L’article 1er du décret No 80-814 du 05 septembre 1980 organisant l’Inspection générale d’Etat prévoit également la désignation par le Président de la République de l’Inspecteur général d’Etat chargé de la mission. En même temps que la lettre du Ministre d’Etat Directeur de cabinet du Président de la République, une copie de la lettre vous désignant comme le Chef de la mission et l’acte précisant la composition de l’équipe d’IGE en charge du dossier devaient être annexés au pré-rapport. Cette question est d’autant plus importante que le pré-rapport est cosigné par les autres membres de la mission, d’où un écart par rapport aux dispositions du décret susvisé.
3-4 Par ailleurs, l’évocation de considérations politiques dans ce dossier est en contradiction avec les règles édictées par l’article 4 du décret No 80-814 du 05 septembre 1980 qui précise que « l’IGE exerce ses fonctions avec une rigoureuse objectivité et une discrétion professionnelle la plus stricte », ce qui signifie qu’il faut garder une distance suffisante par rapport aux considérations politiques mais également non objectives. L’exercice indépendant de la mission de l’IGE est fondamental, ce qui ne semble pas avoir été pleinement respecté dans ce dossier. Dans le même ordre d’idées, on pourrait citer l’article 6 du décret susvisé qui précise que les IGE doivent « se borner à rappeler les dispositions (lois, ordonnances, règlements, ordres et instructions) dont ils ont à surveiller l’exécution », ce qui ne semble pas avoir été appliqué dans le pré-rapport ;
Enfin, le pré-rapport indique que la mission « a été exécutée avec un niveau d’assurance élevée », ce qui me semble prématuré d’avancer à ce stade du dossier.

8.Posté par sarr le 24/08/2009 05:03
CHANTIERS DE THIES : Un document classé « Top secret » du ministre Abdoulaye Diop

4- Considérations d’ordre général :
Tout en respectant le souci de rigueur et d’efficacité qui vous a animé dans l’élaboration du pré-rapport, je dois regretter trois choses : -le pré-rapport semble instaurer une « polémique » sur la « différence » entre le montant de 20 milliards qui aurait été autorisé par Monsieur le Président de la République et les inscriptions dans le budget 2004. Afin d’être suffisamment clair sur cette question, je tiens à préciser que le projet de loi de finances 2004 qui comportait les allocations budgétaires destinées à la couverture des travaux de Thiès a bien été examiné à plusieurs reprises au sein du Gouvernement, comme cela se fait pour tous les projets de budget, puis au sein du Conseil des Ministres, et a fait l’objet d’un décret de présentation à l’Assemblée nationale. S’il y avait une contradiction sur le montant des ressources budgétaires allouées aux travaux de Thiès, celle-ci aurait dû être relevée durant cette procédure d’arbitrage et de transmission du budget par le Président de la République à l’Assemblée nationale. -le rapport a considérablement mis en avant mon implication et ma responsabilité personnelles, en insinuant mon intervention « tendancieuse » en faveur d’un projet de la Mairie de Thiès et quelque peu « politicienne » dans ce dossier, ce qui m’a particulièrement surpris. Les informations et clarifications que je compte apporter n’iront pas dans le même sens, en raison de la nécessité d’apporter des réponses aux trois questions posées par le Chef de l’Etat et sur lesquelles nous sommes interpellés : -relativement à la « polémique » qui s’est instituée à un moment sur le coût des travaux de Thiès, et que vous évoquez à plusieurs reprises dans le pré-rapport, je dois d’abord regretter cette situation. Cette polémique semble provenir de l’intervention que j’ai eu à faire devant les Députés le 25 octobre 2004, lors de l’examen du projet de loi de finances rectificatives 2004. Vous me concéderez qu’un Ministre de la République se doit de répondre obligatoirement à une question orale aussi précise que celle que le député Madieyna Diouf m’a posée sur le coût réel des travaux réalisés à Thiès pour la fête de l’indépendance. En outre, vous devriez admettre qu’il ne s’agissait ni d’enfreindre le bon déroulement de la mission de l’IGE, ni de créer une « polémique » sur le montant des travaux. C’est pourquoi, le communiqué transmis à la presse le 23 novembre 2004 à la presse à la suite de celui publié à l’IGE a cherché, autant que faire se peut, de préciser que la clarification du Ministère de l’Economie et des Finances avait pour unique finalité d’apporter à l’opinion nationale toutes les informations qui pourraient lui permettre de se faire une claire opinion sur le coût réel des travaux de Thiès. En résumé, il ne s’agissait nullement de « couper l’herbe sous les pieds des Inspecteurs généraux d’Etat vérificateurs et de livrer à l’opinion publique des conclusions dont ils ne sont pas les auteurs » (page 2 du pré-rapport, dernier §) ; 4- Observations particulières sur le pré-rapport :
Pour des raisons évidentes, les observations particulières contenues dans la note ne porteront que sur les questions qui interpellent directement ma personne, en ma qualité de Ministre de l’Economie et des Finances. 4-1 Observations et remarques sur les critères d’évaluation :
Sur le rôle du Ministère de l’Economie et des Finances dans le « montage financier » efficient des programmes d’investissements (page 9), je dois d’abord préciser que cette condition a été remplie. Il m’avait en effet été demandé, au moment des derniers arbitrages du budget 2004, d’inscrire une allocation budgétaire spécifique de 25 milliards, comprenant 15 milliards pour la voirie urbaine (code BCI 33004), 7 milliards pour la construction de bâtiments administratifs (code BCI 47242) et 3 milliards pour les aménagements urbains(code BCI 43122) ; des crédits budgétaires ont été également inscrits au profit de certains ministères techniques en vue de servir sous la maîtrise d’œuvre du Ministère de l’Habitat et de la Construction à la réalisation des travaux de Thiès. Pour les années suivantes ( 2005 et 2006), il faudra se référer au Programme triennal d’Investissement Public (PTIP) 2005-2007, dans lequel les allocations budgétaires nécessaires ont été prévues pour la célébration de la Fête de l’indépendance à Fatick pour 15 milliards (code projet 43125) et à Kolda pour 15 milliards (code projet 43126) réparti en 2 milliards pour 2005 et 13 milliards en 2006. Ce critère de validité de du programme d’investissement défini dans votre rapport est dont entièrement rempli par le Ministère de l’Economie et des Finances. Il me reste à préciser que le PTIP 2004-2005 ne pouvait pas prévoir des allocations pour Fatick et Kolda, pour des raisons évidentes liées au fait qu’aucun montant n’avait été définitivement arrêté pour ces deux villes, même si le principe de la célébration de la fête de l’indépendance dans ces villes avait été retenu par le Gouvernement. Votre premier critère évoque également la question de l’existence de la couverture budgétaire des marchés approuvés sur lequel je reviendrai plus en détail ;

9.Posté par sarr le 24/08/2009 05:05
CHANTIERS DE THIES : Un document classé « Top secret » du ministre Abdoulaye Diop

Concernant l’objectif No 2, il est précisé que le Ministère de l’Economie et des Finances devait s’assurer (point 2.4 page 10) que les contrats et travaux à réaliser sont conclus dans le sens de la sauvegarde des intérêts de l’Etat dans le respect des droits des contractants de l’Etat. Dans ma compréhension, l’appréciation du rôle joué par le Ministère de l’Economie et des Finances et ses services, dans le respect de cet objectif ne peut être faite qu’à travers l’analyse du respect des règlements définis par le décret No 2002-550 du 30 mai 2002 portant Code des marchés publics. En effet, le Code des marchés comporte toutes les conditions permettant de s’assurer la sauvegarde des intérêts de l’Etat et le respect du droit des co-contractants. Nous y reviendrons plus loin ;
Il est également précisé (page 10, point 2.5) que le Ministère de l’Economie et des Finances devait veiller, avec le Premier ministre et le Ministère du Patrimoine bâti, de la Construction et de l’Habitat, à limiter l’engagement financier des contrats et marchés d’études et de travaux à réaliser dans la Ville de Thiès dans le cadre de la préparation de la célébration de la Fête de l’indépendance à Thiès à l’enveloppe arrêtée par Monsieur le Président de la République. Cette préoccupation a effectivement été bien gérée par le Ministère de l’Economie et des Finances, qui n’a approuvé qu’un montant des contrats limité à 25 milliards dégagés par le budget 2004, correspondant au montant des marchés approuvés par mes services, exclusion faite des deux marchés à tranches conditionnels (CSE/Sososeter et Fougerolles).
..../... Fait à Dakar, le 15 février 2005
Par Abdoulaye DIOP,
Ministre de l’Economie et des Finances
P. S : Dans la deuxième partie à paraître vendredi (23 septembre 2005), vous découvrirez que non seulement l’ensemble des dépenses effectuées ont fait l’objet d’un décret de présentation à l’Assemblée nationale signé par le président Abdoulaye Wade, mais la dernière tranche de 9 milliards, qui porte le montant global à 40 milliards a été a adoptée en Conseil des ministres après le départ d’Idrissa Seck


10.Posté par sarr le 24/08/2009 05:06
contribution

11.Posté par confidence le 24/08/2009 11:42
LATIF EST TOMBE DANS LE PIEGE CONSISTANT A LUI DONNER DE FAUX DOCUMENTS DE L'ANOCI ,SACHANT QU'IL VA LARGEMENT EN PROFITER,CE QU'IL A FAIT DU RESTE.UNE MACHINE JUDICIAIRE EST ENTRAIN D'ETRE MISE EN PLACE POUR LE NEUTRALISER A JAMAIS.JE N'AIMERAI PAS ETRE A SA PLACE. WAIT AND SEE.

12.Posté par aaaa le 24/08/2009 12:17
Latif Wakho fi dara tu n'a fait qu'avancer des propos non justifiés tout un chacun doit comprendre ta position à vouloir destabiliser ce régime car tu montres ta position mais khamal niit lo mounti wakh djitelel deugu té wakh si sa diguenté ak sa bamel. ndakhte bamel khate na lolou conne naguou djitele deug bougnou dara diaral yénii.

13.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 24/08/2009 12:31
Ces Sénégalais valeureux doivent provoquer un gros complexe chez les bricoleurs boulimiques du côté de l'Anocide gérée par des ânes aussi .

Naguère Rimkao voulait faire enterrer BAldé et les deux commençaient à se regarder en oeil de faïence .

C'était après le 22 mars, date qui a consacré le besogneux de Ziguinchor pour réveler au tocard du POInt E ses limites objectives .

Les deux constituent un tandem de gougnafiers d'un système qui a fait son temps.


Le proverbe Lébou a dit:

" Lorsque le glouton avale une arête de travers, il croit qu'il est victime d'un complot de poisson de la corniche Soumbédioune "



14.Posté par diop le 24/08/2009 12:36
abdoulaye wade q'attens tu pour auditer karim tocar wade
jamais tu réussira ton projet monarchie si tu veux ratraper
ce q'on subi tes ancétres c'est trop tard merci latif toit le peuple est avec toi

15.Posté par Serign S. DIA le 24/08/2009 12:37
Hey Confidence!

Va t'amuser avec les handicapés mentaux, et aide les à faire des chateaux de sable...

Ici le ludique a cédé la place à la sagacité

16.Posté par wa mbède bi le 24/08/2009 13:17
VIVE LA TRANSPARENCE VIVE CEUX QUI SE BATTENT POUR LE PEUPLE
FAUT CONTINUER ILS VONT CEDER

17.Posté par amazone le 24/08/2009 14:58
aaaa si réellement latif menaient ou bien ce qu'il dit n'est pas fiable pourkoi les accusés ne réagissent pas? Parce qu'ils savent qu'ils sont dénudés et nous peuples sommes pas foux on sait bien analyser et on sait ce qui est logique ou pas.

18.Posté par robin le 24/08/2009 15:41
amazone suis parfaitemen dacor avec toi

19.Posté par mado le 24/08/2009 23:18
quand le monarque wade a voulu emprisonner idy, son slogan était " si je te donne 10.000 f pour dépense, je peux aprés, te demander comment tu as dépensé les 10.000 f ,? "
pour quoi ujourd'hui, ce batard ne fait pas pareil à son putain de fils? surtout qu'il ne lui a pas donné 17 milliards mais 432 milliards.
je voudrai aussi dire à ces defenseurs du diable, d'arrêter de prendre les senegalais pour des moins que rien, ils ont peut être des intérets à défendre mais à leur place, je fermerai ma gueule devant ses fait irréfurables et que le grand latif et tant da'utres senegalais valeureux et dignes, ont eu le courage de dénoncer avec des preves à l'appui.

A bon entendeur
Bon ramandan à tous les sénégalias en particulier et tous les musulmans en général

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State