Référence multimedia du sénégal
.
Google

A 72 heures des Assises nationales : Amadou Moctar Mbow réussira-t-il à faire fléchir Wade ?

Article Lu 1400 fois


A 72 heures des Assises nationales : Amadou Moctar Mbow réussira-t-il à faire fléchir Wade ?
Les ‘Assises nationales’ vont démarrer dimanche prochain. Mais, l’équation reste la participation ou non du président de la République. Une implication des autorités religieuses pourrait, en tout cas, le faire changer d’avis.

Il ne reste plus que trois jours pour que les Assises nationales, initiées par les partis politiques regroupés au sein du Front Siggil Senegaal (Fss) démarrent. Mais du côté de certains des participants, l’on a encore espoir que Me Wade va revenir à de meilleurs sentiments en acceptant de prendre part à ces rencontres. Depuis hier, Amadou Moctar Mbow qui préside les travaux de ces assises a pris son bâton de pèlerin pour faire le tour des familles religieuses pour, dit-on, recueillir des bénédictions auprès des illustres marabouts mais rappeler, aussi, à ces derniers le sens de l’initiative de l’opposition radicale. M. Mbow est accompagné dans sa mission par, entre autres, l’ancien Président de la Banque africaine de développement (Bad), Babacar Ndiaye et Cheikh Hamidou Kane, ancien ministre et auteur de L’aventure ambiguë. C’est ainsi que, de source sûre, la délégation conduite par l’ancien patron de l’Unesco a été déjà reçue par le Khalife général des Layènes et devait l’être, hier, à Tivaouane et Touba. Et du côté de cette délégation, l’on confie que ce contact avec les marabouts a été bénéfique à tout point de vue.
Et d’aucuns pensent que cette visite aux guides religieux pourrait avoir des résultats collatéraux en permettant de faire plier le président de la République. Car, d’après notre source, il n’est pas à exclure une volte-face de dernière minute du président de la République. Et notre interlocuteur de fonder son assertion sur le fait que d’abord, ‘Wade est un homme imprévisible, capable de changer d’avis d’une minute à l’autre’ et qu‘ensuite, exceptés certains chefs religieux, il est rare de trouver dans ce pays quelqu’un qui peut lui (Wade en l’occurrence) faire revenir sur sa décision. Or, explique-t-il, si les Khalifes généraux adhèrent à cette initiative, fut-elle celle de l’opposition, parce que convaincus de l’intérêt que cela peut être pour notre pays ils peuvent bien prendre sur eux de ‘parler au président Wade’.

Cependant, rien n’est évident car, soutient notre interlocuteur, ‘ avec cet homme, il ne faut jurer de rien’. En tout cas, fait savoir le (porte-parole du Parti socialiste, tous les chefs religieux adhèrent à ces assises. A en croire, en effet, Abdoulaye Wilane ‘les guides religieux ont non seulement adhéré mais ont prié pour le succès de ces assises’. Le chargé de communication de renchérir, ‘à défaut d’y être, ces marabouts ont promis de se faire représenter’.

Wade, va-t-il surprendre son monde, comme il sait si bien le faire en acceptant aujourd’hui ce qu’il avait refusé hier ? Rien n’est moins sûr et nos tentatives d’en savoir plus du côté du palais n’y feront rien. Nos efforts sont restés vains.

Pour rappel, désigné le 16 février par la commission had hoc pour diriger le Comité de pilotage des Assises nationales, M. Mbow à qui il avait été assigné la mission d’y faire adhérer ‘toutes les forces vives de la nation’, avait tenté de convaincre Wade d’y prendre part pour ‘l’intérêt supérieur de la nation’. Mais le déplacement au palais de l’ancien Directeur général de l’Unesco n’était que peine perdue puisque son locataire ne variera pas dans son propos.

Aujourd’hui, si certains, du côté des organisateurs de ces assises, trouvent salutaire un probable revirement du chef de l’Etat puisqu’étant ‘dans l’intérêt du pays’, il en est d’autres qui sont d’avis que pour regrettable qu’elle sera, l’absence du président ne constituera nullement un blocage à leurs travaux dont le lancement est prévu dimanche prochain au Méridien Président. Et contrairement à ce que l’on pense, les frais liés à l’organisation de ces assises pourraient, selon certaines sources, ne pas être si élevés. ‘Comme ces assises pourraient s’étendre sur une durée relativement longue, il n’est pas exclu, pour la prise en charge, d’adopter une stratégie simple consistant à laisser les gens rentrer chez eux se restaurer, au moment des pauses et revenir continuer le travail’, confie-t-on. Mais d’ores et déjà, on lève toute équivoque du côté du Ps quant à une prise en charge matérielle de ces assises. Selon Ousmane Tanor Dieng, son parti n’a nullement pris l’engagement d’assurer le financement des ces rencontres. ‘Comment un parti qui ne peut faire face à toutes ses charges internes peut-elle s’engager à financer des assises nationales’, s’est interrogé le chef de file des socialistes. Comme pour dire que les informations faisant croire que le Ps est le bailleur de ces assises ne sont pas fondées et relèvent, selon Abdoulaye Wilane d’une volonté de nuire son parti. Et le chargé de communication du Ps de s’interroger, ‘même si le Ps le pouvait, comment des personnes, comme Mansour Kama de la Cnes, Baidy Agne du Cnp et d’autres personnes indépendantes peuvent-elles accepter cela ?’

Source: Walfadjri

Article Lu 1400 fois

Jeudi 29 Mai 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State