Référence multimedia du sénégal
.
Google

50 ans de l’hôpital de Fann : L’âge de la maturité

Article Lu 1649 fois


50 ans pour un hôpital. C’est toute une vie. Ces mots lâchés par le Pr Pierre Ndiaye, président de la commission d’établissement de l’hôpital Fann de Dakar, donnent une idée du chemin parcouru par cet établissement de santé de renom qui s’est spécialisé au niveau national et dans la sous-région dans le traitement de certaines pathologies comme les maladies infectieuses et du cerveau.

La création de l’hôpital Fann en 1957 répondait, selon le doyen d’âge, le Pr Pierre Ndiaye, à une exigence de l’heure et à un besoin politique de l’époque. Avec la loi cadre et la création du premier gouvernement dans lequel figurait un ministre chargé du département de la santé, le système sanitaire était bâti sur un seul concept : celui de l’indigénat et une médecine de pointe pour les français de souche.

Pour le Pr Pierre Ndiaye, la création d’une faculté de Médecine a poussé les autorités à trouver un cadre pour ses étudiants et ses chercheurs d’autant que l’hôpital Aristide Le Dantec n’était pas apte pour recevoir dans le cadre de la formation tous les étudiants. Autre fait qui a milité à la création de l’hôpital de Fann, la guerre coloniale et la guerre mondiale et leurs séquelles neuropsychiatriques et physiques qui ont nécessité une prise en charge des anciens soldats au centre national d’appareillage.

Des médecins et professeurs de renom comme le Pr Moussa Diop qui était assistant à l’époque, tout comme le Pr Mamadou Guèye, médecin-chef du Chu neuro-chirurgical, sont cités en exemple par le Pr Pierre Ndiaye, pour le travail de titan abattu par ces derniers qui ont donné à la structure hospitalière toute sa dimension d’établissement de santé de référence.

Néanmoins, le centre hospitalier de Fann est manifestement reconnu comme une structure qui accueillait toutes les personnes du secteur de la santé renvoyées pour fait de grève de l’hôpital Aristide Le Dantec et les médecins militaires français. « Avec les 50 ans de la structure hospitalière, c’est l’âge de la maturité, une période à laquelle on s’arrête pour réfléchir pour mieux aller de l’avant », note le doyen d’âge et président de la commission d’établissement, le Pr Pierre Ndiaye.

La réforme hospitalière qui a été entamée en 1998 aura permis la prise en charge de deux étapes essentielles. Il s’agit d’abord du concept des droits de l’homme qui nécessite l’offre de soins de qualité avec les dernières avancées médicales modernes. Puis l’irruption des Tic dans le champ médical qui impose aux structures traitantes le consentement des malades avant toute opération d’ordre sanitaire. Pour son statut d’hôpital social en charge des maladies infectieuses et des malades mentaux, l’hôpital Fann est aujourd’hui à l’avant-garde de la recherche dans le domaine du Vih, du paludisme, de la tuberculose, etc...

Il s’agissait pour la réforme hospitalière d’améliorer d’une part la qualité des soins et d’autre part d’améliorer la qualité de la gestion. Cela a été fait à partir de diagnostics, des réparations, des réhabilitations, la consolidation ou la réalisation des moyens d’exploitation les plus urgents et les plus coûteux, en attendant l’évaluation exhaustive de tous les besoins des différents services cliniques médico-techniques et administratifs, confie le directeur de l’hôpital, le colonel Daouda Diène.


B. B. SANE
Source: Le Soleil

Article Lu 1649 fois

Mardi 23 Octobre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State