Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



40 milliards de fcfa pour la campagne de commercialisation de l'arachide : Le gouvernement lance l’opération « Tek Teggi »

La campagne de commercialisation de l’arachide a démarré officiellement hier. Pour éviter les bons impayés, le gouvernement lance l’opération « Tek Teggi » permettant à tout producteur qui livre ses graines d’être payé automatiquement. Au total, 40 milliards de FCfa sont mobilisés pour cette campagne.



40 milliards de fcfa pour la campagne de commercialisation de l'arachide : Le gouvernement lance l’opération « Tek Teggi »
Après avoir fixé le prix de l’arachide à un niveau « historique » (à savoir 190 FCfa le kilogramme, soit une hausse de 8 % par rapport à l’année dernière), le gouvernement entend prendre des mesures hardies pour un bon déroulement de la campagne de commercialisation qui a démarré officiellement hier. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’opération « Tek Teggi », qui vise à lutter contre les bons impayés. « Tout paysan qui livre ses graines, devra immédiatement recevoir son argent », assure le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Abdoulaye Baldé. Il insiste sur ce point : « tout acheteur de graines qui ne respecterait pas cette instruction du chef de l’Etat, s’expose à des poursuites judiciaires ». Il invite les paysans à refuser, dans un premier temps, à céder leurs graines à quiconque leurs présenterait des bons, et, dans un deuxième temps, à dénoncer ces acheteurs véreux auprès des forces de sécurité. Des mesures qui satisfont le président du Comité national interprofessionnel de l’arachide (Cnia), regroupant tous les acteurs de la filière arachidière.
Du côté des huiliers, on se dit heureux de voir que toutes les dispositions sont prises pour un bon déroulement de la campagne agricole, après celle « catastrophique » de l’année dernière. « Grâce à une confiance accrue des banques, nous avons pris toutes les dispositions sur le plan financier. Nous sommes en mesure d’acheter la totalité de la production », garantit Thiéndaté Bouyo Ndao, directeur général de la Suneor. Au total, 40 milliards de FCfa ont été mobilisés pour assurer un bon financement de la campagne, indique-t-il. Toutefois, M. Ndao déplore la présence des Chinois qui achèteraient les graines au « marché noir ». Il invite l’Etat à faire en sorte que la bonne graine ne quitte pas le pays, malgré la libéralisation. Du côté des opérateurs privés, on salue l’effort du gouvernement tout en donnant l’assurance qu’« il n’y aura pas de bons impayés cette année ».

Une production estimée entre 750 000 et 800 000 tonnes
L’on s’attend, cette année, à des records productions dans toutes les spéculations, du fait d’une bonne répartition des pluies sur toute l’étendue du territoire. En effet, les estimations de récoltes sur toutes les céréales confondues sont de l’ordre de 1,67 millions de tonnes contre 1,09 millions de tonnes pour la campagne précédente, soit une hausse de production de 52 % et de 16 % comparés à la moyenne des cinq dernières années. Certaines spéculations, telles que le maïs (238 356 tonnes) et le riz (651 937 tonnes), ont connu des hausses assez spectaculaires (respectivement 92 % et 61 %). Quant à l’arachide, la production est estimée entre 750 000 et 800 000 tonnes, soit une hausse de 28 % par rapport à l’année dernière. Cela, malgré une baisse de 18 % des surfaces emblavées. Par la même occasion, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a invité les producteurs à constituer leurs propres stocks de semences pour la campagne à venir. Même si, dit-il, l’Etat ne va pas se dérober face à sa mission de constituer un capital semencier. Un stock de 50 000 tonnes de semences est prévu à cet effet.

Seydou KA

Le Dg de la Suneor plaide pour la protection du capital semencier
Le Sénégal doit prendre l’option de protéger le capital semencier en refusant que ses meilleures graines partent à l’étranger, a soutenu, mercredi, Thiendiaté Bouyo Ndao, directeur général de la Suneor, relevant que « seules des semences certifiées peuvent contribuer à l’augmentation de la production ». « Je ne comprends pas qu’un pays comme le Sénégal ne dispose pas de capital semencier (…) aujourd’hui. Nous ne comprenons pas pourquoi les meilleures graines partent à l’étranger, que l’année prochaine et les autres années, nous ne puissions pas avoir une bonne production », s’est étonné M. Ndao. Il s’exprimait lors de la cérémonie de lancement de la campagne de commercialisation de l’arachide en présence du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Abdoulaye Baldé, qui a rencontré les huiliers et les producteurs. « Il faut servir la nation avant de servir l’étranger. Nous ne pouvons pas comprendre que le Sénégal, qui a une tradition huilière qui remonte à plus de 60 ans, puisse accepter de revenir 100 ans en arrière, alors qu’il y a des expertises et des industries pour le faire », a soutenu le directeur général de la Suneor.
Commentant la décision du gouvernement d’acheter le kilogramme d’arachide à 190 FCfa, Thiendiaté Bouyo Ndao a estimé que l’augmentation du prix au kilogramme est une « bonne chose », mais « ne résout pas » le problème. « La question est prise dans le mauvais sens ; nous voulons régler le pouvoir d’achat du producteur en se focalisant sur le prix alors que nous n'en avons pas la maîtrise », a t-il dit. « La où nous avons la maîtrise, c’est de travailler sur la durée, en amont, c'est-à-dire le sol, avoir des semences certifiées pour que le rendement, au lieu d’être à 500 kilos, puisse monter à 1,5 tonne », a ajouté le Dg de la Suneor.

(APS)

Jeudi 29 Novembre 2012



Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés