Référence multimedia du sénégal
.
Google

40 % du budget à l'éducation : Le Sudes dénonce un mensonge d’Etat

Article Lu 1440 fois

Le Sudes n’est pas convaincu que 40 % du budget national sont alloués à l’éducation. Pour Mamadou Diouf et ses camarades, ce ne sont pas plus de 28 % de ces ressources qui sont injectés dans ce secteur. Ils sont, par ailleurs, revenus sur les promesses qui ont été faites aux enseignants pour sauver l’année scolaire. Et c’est pour s’offusquer de la perfidie des pouvoirs publics.



40 % du budget à l'éducation : Le Sudes dénonce un mensonge d’Etat
‘Le gouvernement ne met pas plus de 28 % du budget dans l’éducation. Il y a des établissements fictifs à qui l’on alloue un budget qui est pourtant consommé’. Alors reste à savoir qui consomme ce budget ? Les accusations sont articulées par le secrétaire général du Sudes. Mamadou Diouf conteste, ainsi, l’effectivité de l’allocation de 40 % des ressources du budget national à l’éducation. Le patron du Sudes intervenait au cours d’un point de presse animé, hier, par son organisation. Cela, au moment où la mécanique du dialogue social entre syndicats enseignants et gouvernement semble, à nouveau, grippée à cause du non-respect par le gouvernement des accords du mois d’avril dernier. Les enseignants ont, en effet, dénoncé l’attitude des autorités gouvernementales. Laquelle a consisté à faire fi des accords qui avaient permis de sauver l’année scolaire. Ainsi, les syndicalistes ont-ils traité les autorités d’’irresponsables’ pour n’avoir toujours pas respecté leurs engagements vis-à-vis des enseignants. Aussi, avertissent-ils, ‘de réelles menaces pèsent sur l’année académique à venir’. Mais la situation n’en demeure pas pour autant alarmante puisque les enseignants ont choisi les vacances scolaires pour informer des perturbations qui pourront survenir à la rentrée prochaine. ‘Une démarche anticipative qui s’inspire du bilan scolaire de l’année dernière pour envisager des lendemains meilleurs à l’école sénégalaise’, justifie le secrétaire général du Sudes, Mamadou Diouf.
Dressant le bilan de l’année 2006-2007, le Sudes a expliqué que l’école sénégalaise a beaucoup souffert l’année dernière de grève des enseignants par-ci, d’élèves et d’étudiants par-là. Conséquence : beaucoup de temps a été perdu, regrette le chargé de la communication du Sudes, Samba Sy. Et pourtant aux yeux du Sudes, il est possible de rectifier le tir. Il suffit, simplement, d’appliquer les recommandations contenues dans un mémorandum qui met en évidence les avancées constatées dans l’organisation des évaluations de fin d’année et les manquements qui nécessitent des correctifs diligents. Ce document a été remis aux autorités de l’éducation. ‘Nous attendons des autorités compétentes l’examen attentif des pistes de rectification qui y sont proposées’, a ajouté Samba Sy. Le mémorandum à l’en croire, porte sur les examens où des améliorations ont été apportées l’année dernière. Avec la volonté de moderniser les modalités du bac par l’introduction de l’informatique. Les conditions de rémunération des enseignants qui participent aux examens ont été améliorées entre autres. Seulement, pour le baccalauréat note Samba Sy, n’importe qui ne doit pas corriger. La question des fraudes aux examens occupe aussi une partie du mémorandum confie-t-il.

Par ailleurs, le Sudes estime que le ‘gouvernement doit dès à présent envoyer des signaux forts de sa volonté d’apaisement en matérialisant l’engagement du président de la République à attribuer l’Indemnité de recherche et documentation à tous les enseignants. Notamment les instituteurs et éducateurs préscolaires qui ont été si injustement discriminés’. Le Sudes d’exiger aussi, ‘la restitution de cette indemnité aux membres des corps de contrôle et d’encadrement à qui on l’a retirée après la leur avoir attribuée, le remboursement les sommes prélevées sur le salaire des enseignants, et le règlement définitif de la question des parcelles à usage d’habitation dans les différentes Zac’. Pour ces dernières, les membres du Sudes déplorent la lenteur dont font montre les autorités. Selon Mamadou Diouf, il existe une volonté manifeste de tromper l’opinion dans ce domaine. ‘Les parcelles ne sont pas encore viabilisées et le coût avancé par l’Etat est loin de la réalité. Il n’y a aucune avancée sur cette question’, regrette le secrétaire général du Sudes.

Les enseignants de revenir sur le Crd qui s’est tenu, avant-hier à Rufisque sans associer les syndicats d’enseignants. Aussi déplorent-ils le fait de ne pas être avisés de celui de Dakar qui se prépare.

Le Sudes met en garde le gouvernement pour, expliquent ses membres, ‘éviter de nouvelles confrontations’. Et le tient responsable de tout pourrissement de la situation.

Amadou NDIAYE Pape Amadou DIOUF (Stagiaire)
Source: Walfadji

Article Lu 1440 fois

Samedi 18 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State