Référence multimedia du sénégal
.
Google

3 QUESTIONS A... AMINATA MBENGUE NDIAYE: « Je dirai ce que je pense à ce régime... »

Article Lu 1500 fois

Recevant le Comité d'alerte et de veille pour le respect de la démocratie inclusive qui tente d'arrondir les angles entre elle et le ministre Awa Ndiaye, Aminata Mbengue Ndiaye persiste dans ses convictions. Dépitée par l'attitude de son ministre de tutelle, la pasionaria socialiste promet de continuer toujours d'exprimer sa pensée par rapport à la ges­tion de la cité. Elle est décidée même à arracher ces droits.



3 QUESTIONS A... AMINATA MBENGUE NDIAYE: « Je dirai ce que je pense à ce régime... »
Walf Grand-Place : Que ressen­tez-vous après la visite du comité d'alerte et de veille pour le respect de la démocratie ? Aminata MBENGUE NDIAYE : Je voudrais d'abord saluer la démarche des membres du comité dont d'ailleurs je suis membre. Cette visite me réconforte et me permet de savoir que nous avons encore des citoyens émérites et démocrates qui sont contre l'injus­tice, mais pour le respect des droits de la femme et de la démocratie. Je leur ai fait part (Ndlr, comité) de toutes les initiatives que j'ai prises à un certain niveau pour que mes droits en tant agent de l'Etat depuis 1974 soient préservés et respectés.

Comment interprétez-vous cette décision du ministre Awa Ndiaye de vous renvoyer du ministère ?

Je pense que quelque part, il y a une erreur car, je ne peux pas après avoir fait une déclaration politique - parce que je suis une responsable au sein d'un parti politique - par rapport à la situation du pays, que nous puissions avoir notre mot à dire. Raison pour laquelle j'avais fait une déclaration dans la presse. Et c'est cela qui n'a pas plu à mon ministre de tutelle. Je pense que je fais correctement mon travail au ministère. Et je n'ai pas fauté sur le plan administratif. Même si j'avais fauté professionnellement, il y a une hiérarchie dans la sanction. Étant donné que je ne suis pas dans ce cas, je ne peux pas accepter qu'on me remette à la disposition de la Fonction publique au motif que j'ai fait une déclaration incen­diaire contre le président de la République. Je rappelle que j'ai fait cette déclaration en ma qualité d'opposante. Et je continuerai à le faire que cela leur (les dirigeants de l Etat, Ndlr) plaise ou non. Parce que mon statut d'opposante ne veut pas que je fasse autre chose. Quand le Président de la République fait des progrès, j'ai été la première à le dire. Mais, lors qu'il y a des choses qui ne sont pas faites dans les règles de l'art, il est de mon devoir de les dénoncer en tant qu'opposante.

Ce comité dénonce tout de même le sort qui vous est fait...

Ce n'est pas parce qu'il s'agit d'une femme. Cela aurait pu être aussi un homme, parce que la femme qui est la base de cette his­toire représente une institution. Et quel que soit le genre de la per­sonne qui en est l'origine, je crois qu'on doit dénoncer ces pratiques. Pourtant par principe depuis l'al­ternance, je n'ai jamais critiqué une femme. Parce que j'estime que nous nous devons une solidarité. Et si je vois par exemple une femme dans le gouvernement faire quel­que chose que je peux dénoncer, je préfère aller la rencontrer ou lui écrire pour essayer de la remettre sur le droit chemin. C'est un prin­cipe que j'ai adopté depuis long­temps. Parce que, depuis 1974, je travaille à la promotion de la femme à tous les niveaux. Nous avons commencé l'enseignement des principes de démocratie avec les femmes.

Aujourd'hui, ce qui est en train d'arriver me met très mal à l'aise. Parce que je n'ai jamais imaginé que pareilles choses auraient pu m'arriver. En outre, c'est moi qui étais demandeur. Ce n'est pas le ministre Awa Ndiaye qui a demandé que je vienne travailler avec elle. Justement, c'est moi qui ai pris conscience d'être encore un agent de l'Etat et par conséquent je dois retourner travailler après avoir rempli mon mandat de parlemen­taire. Je ne pouvais pas imaginé que cela aller se retourner contre moi.

En tout cas, si c'est ça qui leur déplaît, ce qui est certain c'est jusqu'à ce que ce gouvernement tombe, je continuerai à dire ce que je pense de ce gouvernement. D'autant plus que c'est un gouver­nement qui ne pourra pas donner de résultat au Sénégalais.

Propos rassemblés par Ousseynou BALDE

Source: Walf Gran Place

Article Lu 1500 fois

Samedi 8 Décembre 2007





1.Posté par auteur49 le 08/12/2007 05:00
Vous etes mal placee Mme car en 40ans le ps a mis le pays en arriere de 50ans des departs volontaires aux 100milliards de defecit de l'oncad les ics qui ne versait pas de dividende a l'etat qui etait majoritaire et d'apres Tanor les ics faisaient 16milliards de profit par an les infrastructures inexistants ou delabrees j'avais honte qd je comparais la cote d'ivoire avec ses belles routes et le senegal mais aujourd'hui Fologo a dit que Dakar a chage et que le senegal est en avance ca ne vous plait pas avec le ps vous vs contentiez des miettes du FMI qui vous imposait des contraintes avant de vous donner un peu d'argent aujourd'hui le senegal a dit au FMI on n'a plus besoin de vos prets seulement donnez nous votre expertise et seuls 5 pays en afrique au sud du sahara ont atteint ce point le nigeria le Ghana,la Tanzanie,le senegal et le cap vert alors sous le ps le senegal a connus une croissance negative (-0,3% en 93 ou 94)en 40ans 19lycees en 7ans 62 nouveaux lycees en 6ans la pauvrete a recule de 7% plus de 1% en moyenne par an si vous aviez bien travaille on serait au bas mot a 45% de pauvrete mais on reste a 63% le budget a ete multiplie par 3 en 7ans les salaires augmente beaucoup plus en 7ans qu'en 40ans ca les senegalais ne peuvent l'oublier ils demandent plus c'est nornal la fonction publique ne recrutait presque plus sous le ps aujourd'hui on cherche des enseignants pour couvrir certains etablissements du pays c'est ca qui vous fait mal les senegalais ont vu votre carrence le senegal etait sans objectif aujourd'hui on parle du senegal emmergent les facteurs macro economiques du senegal sont solides et reconnus par les bailleurs de fond jamais un president n'a fait autant que wade au senegal mieux le ps a ete incapable de regler le Pamu qui content a notre economie plus de 100milliards par an donc ce sont 2000milliards que vs avez laisse partir en fumee de 87 a 2007 ca c'est une manne financiere qui pouvait soutenir notre economie la jalousie de voir Wade qui reussit vous met dans tous les etats negatifs de plus pourquoi roulez vous en 4x4 en tant que conseillere et tu reproches a wade le train de vie de l'etat tu devrais rouler en car normal a consommation moindre et les bons d'essence Mme de plus votre presence n'etait pas reguliere selon des sources proche du ministere et je suis sur que tu ne parleras pas de ton salaire et indemnites voila de l'hypocrisie.

2.Posté par ISO le 08/12/2007 09:26
Mme NDIAYE VOUS ETES HORS DE LA LOI.JE SUIS POUR AUCUN PARTI MAIS VOUS FOUTEZ LA GUEULE DU MONDE ,VOUS POUVEZ PAS AVOIR LE BEURRE ET L'ARGENT DU BEURRE SOIT VOUS TRAIVALLEZ POUR L'ETAT et VOUS GARDEZ LES SECRETS PROFESSIONNELS SOIT VOUS DEMISIONNEZ ET VOUS PARTEZ OPPOSER AU NIVEAU DE L'OPPOSITION.ENCORE UNE FOIS L'ETAT A LE DROIT D'AFFECTé QUI IL VEUT Là OU IL LE JUGE NECESSAIRE.LES PREFETS ,LES DIRECTEURS D'ECOLES,les professeurs ,medecins,journalistes ILS SONT TOUJOURS ETAIENT AFFECTER SOIT DANS LES AMBASSADES OU DANS ORGANISME OU DANS LES INSTITUTIONS OU A LA PRESIDENCE.DONC LE DROIT D'ETRE UNE OPPOSANTE NE VOUS PERMET PAS LE DE TOUT FAIRE .LAISSER LES L'ETAT TRAVAILLé MALGRé LES FAUTE KIL COMETTENT.ILAFA2001@YAHOO.FR

3.Posté par ISO le 08/12/2007 13:47
PS OU PDS ARRETER DE NOUS PRENDRE COMME DES IMBECILES L'ETAT NE VOUS APPARTIENT PAS.L'ETAT APPARTIENT A CEUX QUI CROIT A LEUR REVE .LETAT APPARTIENT AUX ENFANTS QUI JOUENT DANS LES COURS D'ECOLE.IL APPARTIENT A CEUX QUI AIMENT LA NATION QUAND LE PAYS EST EN DANGER.L'ETAT APPARTIENT A CEUX PLEURENT QUAND CA MARCHE PAS.L'ETAT APPARTIENT AUX ANCETRES QUI ONT COMBATI POUR LA LIBERATION DU SENEGAL CONTRE L'OCCUPATION EUROPENNE.L'ETAT APPARTIENT POUR DES MILLIONS D'ETUDIENT SENEGALAIS QUI SONT DANS LES UNIVERSITES DU MONDE ,L'ETAT APPARTIENT A HIER ,AUJOURDHUI ,DEMAIN.L'ETAT APPARTIENT A CE QUI PLEURENT QUANT CA VA MAL .L'EATAT APPARTIENT AUX ENFANTS .A BON ENTENDEUR SALUT


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:54 Macky Sall à Versailles chez Abdoulaye Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State