Référence multimedia du sénégal
.
Google

24 heures après la date limite de fermeture : Le Coud accorde une dérogation à certains étudiants

Article Lu 1335 fois


Malgré la fermeture officielle du campus universitaire, les étudiants n’ont pas totalement vidés les lieux. Le rapprochement des sessions dans certaines facultés et le retard dans le paiement des bourses obligent certains étudiants à rester, alors que le Coud joue la compréhension en accordant une dérogation à certains étudiants.

Avenue Cheikh Anta Diop. Il est 10 heures 30 ce mardi 22 août 2007. Une foule d’étudiants s’agglutine devant le portail du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud). Sur place, un vigile en tenue bleue, pantalon kaki se tient debout pour opérer aux vérifications d’identité. A l’entrée, juste à droite, au niveau du poste de police, souvent grouillant de monde, plus de files indiennes, comme à l’accoutumée.

Interrogé, le responsable des vigiles explique qu’il a reçu l’ordre de superviser les entrées et les sorties. Cette mesure vise, selon lui, à pousser les étudiants à quitter les lieux. Sur la rue Balla Gaye qui mène aux pavillons, on rencontre peu d’étudiants. Dans les couloirs du pavillon A, règne un calme plat. Presque toutes les chambres sont fermées, à quelques exceptions près.

Les rares étudiants trouvés sur les lieux disent attendre les résultats de la deuxième session de la faculté de Droit. D’autres évoquent le retard dans le paiement des bourses pour justifier leur présence. Au pavillon B, le scénario est identique. Au premier étage, des bruits s’échappent de la chambre 8. Les trois étudiants trouvés sur place sont en pleine révision. Pensionnaires de la faculté de Droit, ils sont dans l’attente de leurs résultats.

Pour le chef de résidence, la moitié des étudiants est partie. Les quelques rares chambres ouvertes sont occupées par les étudiants qui font la deuxième session. « Il doit y avoir une coordination entre le rectorat, le Coud et la direction des bourses pour nous faciliter le travail en fin d’année », estime-t-on, tout en se réjouissant de la tenue d’un conseil d’administration réunissant toutes les autorités afin de faire le point sur la situation d’ensemble de l’université.

Du côté des délégués, on invoque plusieurs raisons pour expliquer la présence actuelle de certains étudiants. « Mises à part les bourses et la deuxième session, il y a la situation des vacataires non encore payés, mais également un manque de coordination entre le pédagogique et le social. Cela cause d’énormes difficultés aussi bien pour le recteur que pour le directeur du Coud », indique Mor Talla Diop Tine, président de l’amicale de La Faculté des sciences économiques et de gestion (Faseg).

Le commerce au ralenti

Malgré la présence de quelques étudiants, les commerçants et autres exploitants installés dans le campus subissent les contrecoups de la décision de fermeture. Gérant d’une cantine, Babacar pense que la mesure qui leur a été imposée est préjudiciable à tous, tant pour eux que pour les étudiants ayant l’habitude de photocopier à 15 F Cfa la page, mémoires et cours. « Pourtant, nous sommes des pères de familles avec des charges sociales : dépense quotidienne, paiement pour la cantine du loyer, l’électricité et le personnel », se plaint-il. Par la même occasion, il souhaiterait que les boutiques ne soient pas fermées.

Pour le chef des services administratifs du Coud (Csa), Serigne Fall l’ouverture et la fermeture du campus sont prévues par le calendrier universitaire. « Le campus doit ouvrir le 1er octobre et fermer le 31 juillet. Toute période supplémentaire entraîne d’autres dépenses. Mais aujourd’hui, nous vivons une situation particulière avec la réforme au niveau du secteur pédagogique caractérisée par les sessions rapprochées. S’y ajoute que des étudiants n’ont pas encore perçu leurs bourses. Pour les étudiants de la faculté de Droit, concernés par les sessions rapprochées, ils sont logés au niveau de la cité Claudel », informe M. Fall, précisant qu’ils sont dans l’obligation de fermer le campus.

Dérogation

Cependant, poursuit M. Fall, les quelques petits problèmes nous poussent à accorder une certaine marge de tolérance, confirmant que le campus sera bel et bien fermé et qu’il fera l’objet de travaux de réfection. Lesquels concerneront les pavillons, les toilettes et des restaurants. « Tous ces travaux ont fait l’objet d’appel d’offres parus dans la presse », précise-t-il.

Quant aux délégués des amicales des facultés, « ils sont relogés par le Coud pour assurer une coordination de leurs activités en vue de bien préparer les codifications pendant le mois de septembre ».

C’est ainsi que, selon M. Fall, des locaux dans d’autres campus leur seront attribués dans les prochains jours.


Oumar Ndiaye et Ndiogou Mbaye Sarr (Stagiaire)
Source: Le Soleil

Article Lu 1335 fois

Mercredi 22 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State