Référence multimedia du sénégal
.
Google

1er MAI-CRISE: Une 'fête' au goût amer

Article Lu 1374 fois

D’habitude, elle se passe dans une ambiance festive, voire folklorique, les organisations de travailleurs faisant battre le tam-tam, des teroubadours esquissant des pas de danse, le tout sur fond d’unité dans l’habillement. Mais en 2008, les rangs devraient être tristes pour la fête du travail jeudi 1er mai.



D’aucuns se demandent, à la veille de la commémoration du travail, si ce n’est pas un nouveau mai 68 qui se préparait, tellement le front politique et social se réchauffe à vive allure. Le cahier de doléances que les syndicats remettent au président de la République risque, cette année, d’être aussi épais qu’un dictionnaire.

Depuis de longs mois, comme une rengaine, il n’y en a que pour le renchérissement du coût de la vie au Sénégal à cause d’une hausse vertigineuse des prix des denrées de première nécessité. Le gouvernement n’a de cesse de répéter que cette situation est partagée par tous les pays du monde. L’opposition et plusieurs organisations sociales lui rétorquent que les Sénégalais ont l’habitude de faire face à la hausse des prix mais ils ne supportent pas, dans ce contexte, l’ostentation et le gaspillage des tenants du pouvoir et le train de vie de l’Etat jugé dispendieux et arrogant au regard des drames qui se jouent dans les familles.

Mercredi, le directeur de l’Agence de régulation des marchés a du monter au créneau pour dire qu’effectivement, l’Inde a fait la "promesse" de fournir au Sénégal 600.000 tonnes de riz pendant six ans. Vingt-quatre heures plus tôt, la chaîne française d’infos en continu LCI avait révélé que le pays de Gandhi suspendait ses exportations de riz en raison de sa forte demande intérieure.

Ces derniers jours, beaucoup de grossistes de riz refusent d’écouler leurs stocks, le gouvernement leur devant de l’argent - estimé à 1 milliard FCFA - après la décision de l’Etat de subventionner le prix au Kg de la céréale, nourriture de base des Sénégalais.

Lors d’une rencontre avec les présidents de communautés rurales, Me Wade avait lancé son idée de Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance (Goana) ; un projet tourné à bourrique notamment par le Pr Abdoulaye Bathily demandant même au président de la République de "donner le document de l’accord."

Dans quasiment tous les secteurs, çà grogne. Le leader de "Forces paysannes" vient de s’insurger contre "le silence du gouvernement" alors que l’hivernage s’est déjà installé dans la région de Kédougou. "Ni les intrants, ni les semences ne sont en palce ; il n’y a pas encore de réunion inter-ministérielle entre le Premier ministre et les ministres concernés", s’est insurgé le député qui met en garde contre une confusion entre la campagne agricole et la Goana dont il doute du succès.

Même la très supportrice de Me Wade, la Cap 21, sous la houlette de son coordonnateur, le Pr Iba Der Thiam, vient de demander de tout faire pour réfrener la hausse accélérée des loyers au Sénégal.

Autre front, l’enseignement. L’intersyndicale de ce secteur menace de boycotter les examens et agite le spectre, de plus en plus envisagé, d’une année blanche. Des personnels payés moins que d’autres pour le même travail effectué, un manque de formation et son corollaire, le retard dans la titularisation, sont autant de questions qui installent une angoisse dans le système éducatif, selon la dernière sortie du Cadre unitaire des syndicats de l’enseignement moyen et secondaire (Cusems). La faculté des lettres et sciences humaines de l’université Ckeikh Anta Diop de Dakar va organiser une seule session, conséquence de près de trois de grève des étudiants de l’établissement.

La santé est quant à elle en proie à des difficultés multiples, l’hôpital des plus démunis de Dakar, Le Dantec risque de mettre la clé sous le paillasson. La commission médicale d’établissement élargie de l’hôpital vient de lancer un Sos pour sauver la structure qui traverse "une crise gravissime".

En somme, beaucoup de clignotants au rouge. La "fête" aura un goût amer. A moins que le chef de l’Etat Abdoulaye Wade ne sorte une de ses annonces fracassantes dont il est passé maître.

Source: Nettali

Article Lu 1374 fois

Jeudi 1 Mai 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State