Référence multimedia du sénégal
.
Google

14e EDITION DU MAGAL DE SERIGNE ABDOU KHADRE MBACKE : L’ombre de Serigne Saliou plane encore à Touba

Article Lu 11910 fois


La récente perte de la Ummah islamique en général et de la communauté mouride en particulier avec la disparition de Serigne Saliou Mbacké, continue de marquer les esprits du fait de la dimension du disparu. Le Magal de Serigne Abdou Khadre Mbacké a connu cette année, des aménagements au niveau de son organisation. Seul la déclamation des khassaides par les haut-parleurs , les entrées et sorties des disciples faisaient savoir qu’il y avait un Magal dans la concession.

"Cette année, au sortir de l’événement malheureux que nous venons de vivre avec la disparition de notre père Serigne Saliou Mbacké, le Magal sera célébré surtout dans le recueillement et les prières, contrairement aux éditions précédentes".

Ces propos de Serigne Sidy Mbacké Abdou Khadre, maitre d’œuvre du Magal, se sont vérifiés car, tout autour de la maison, il n’y a eu ni bâche ni de tribune. La cérémonie officielle était si sobre et avare en discourts qu’elle aurait pu ne pas avoir lieu.

A cet effet, il est revenu sur l’historique du Magal. C’est une manifestation dont l’origine remonte en 1994, année où les homonymes de Serigne Abdou Khadre ont célébrer l’anniversaire de sa naissance. C’est par la suite que Serigne Modou Abdou Khadre prit leur relais sur la recommandation de Serigne Saliou Mbacké. Aujourd’hui, c’est Serigne Cheikh Ahmadou Mbacké qui perpétue la tradition.

Cependant, pour célébrer la naissance d’une figure comme Serigne Abdou Khadre Mbacké, la lecture du saint coran sera concomitante à la déclamation des Khassaides de Cheikh Ahmadou Bamba et pour agrémenter la soirée religieuse, rien de mieux qu’une causerie sur la vie et les enseignements surtout comportementales de Serigne Abdou Khadre. Le sujet était introduit par Serigne Mbacké Abdourahmane, professeur a l’institut Al Hazar de Ndame.

Pour rappel, Serigne Abdou Khadre Mbacké était le quatrième Khalife du mouridisme, Imam de la grande mosquée de Touba de 1968 à 1990, année de sa disparition. Né en 1914 à Ndame, Il est connu pour son amour du coran de la sunnah, mais aussi et surtout son amour du travail bienfait. Une vie de 76 ans pleine d’enseignements pour notre génération et les générations à venir. Serigne Abdou Khadre était aussi un éducateur à travers ses Daaras de Bagdad et un grand cultivateur avec ses multiples champs à Boustane. C’est la vie et les enseignements de ce monument de l’islam et du mouridisme qui était passé en revue ce samedi à Touba . La délégation officielle sous la conduite du Pr Moustapha Sourang et du ministre Souleymane Ndéné Ndiaye , le gouverneur de la région et le CRD, aprés une réception en leur honneur à la résidence Khadimou Rassoul, a eu un entretien avec Serigne Cheikh Ahmadou Mbacké, Khalif de Serigne Abdou Khadre Mbacké à son domicile.

Une cérémonie d’une sobriété religieuse selon le Pr Sourang. D’emblée Serigne Cheikh s’est appesanti sur la coïncidence de l’évènement avec la disparition de Serigne Saliou Mbacké qui était leur père. "A cause de la perte que nous venons de subir, nous ne sommes pas au moment des grandes palabres cause pour laquelle le Magal sera exclusivement prières et recueillement et sa tenue ne se justifie que parceque c’est un Ndigel de Serigne Saliou Mbacké que nous nous devons de perpétuer. Un sentiment qu’il partage avec son frère cadet, Serigne Sidy Mbacké Abdou Khadre qui nous a appris que "la disparition n’a d’égal qu’à celle de Khadimou Rassoul Cheikh Ahmadou Bamba au vu de ce qu’il représentait pour l’humanité, pour la communauté et pour toutes les familles religieuses du pays". Il poursuit sur la même lancée : "Nous sommes tous orphelins mais les enfants le sont encore plus que nous et personne n’égalera Serigne Saliou dans la prise en charge et l’éducation des enfants".

Cependant, Serigne Cheikh de confirmer "Notre foi en Serigne Touba que nous avons hérité de nos pères est le ciment de notre unanimité à faire allégeance à Serigne Mouhamadou Lamine Bara Fallilou en tant qu’ainé de la famille et en toute logique Khalife général des Mourides, qui en toute logique s’inscrit dans la continuité et n’affiche aucune démarche de rupture.

"Soyez mon émissaire dira t-il à Moustapha Sourang, auprès du président Abdoulaye Wade, pour notre gratitude et les remerciements de toute la famille pour sa serviabilité envers elle à travers les actes qu’il ne cesse de poser.

Auparavant, le ministre de l’Education, Mr Moustapha Sourang, après avoir regretter la disparition de Serigne Saliou a transmis le message de vœux du président de la République et rappeler les liens anciens qui le lient à la famille. Il a solliciter des prières pour Me Abdoulaye Wade et pour le sénégal.

Source: le Soleil

Article Lu 11910 fois

Vendredi 18 Janvier 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State