Référence multimedia du sénégal
.
Google

11EME SOMMET DE L’OCI A DAKAR: Le Ps exige une réédition des comptes de l’Anoci

Article Lu 1446 fois

Le Parti socialiste (Ps), dans une déclaration en date du 26 mars, « exige de l’ANOCI une réédition des comptes, tout en invitant le Conseil de surveillance, notamment ses membres comme la RADDHO, le Forum Civil et le Conseil National du Patronat à en faire une exigence de transparence ».



Car pour les camarades de Ousmane Tanor Dieng, si vraiment le pouvoir libéral est guidé par le souci de transparence, le débat de fond aujourd’hui consiste à « éclairer les Sénégalais sur les sources, la nature et le volume des financements mobilisés, sur les prix et les décomptes des quantitatifs des dépenses d’investissement et sur le détail des frais de fonctionnement et les conditions de remboursement des prêts contractés ».

Pour le Ps, le Sénégal ne peut se permettre de « faire passer par pertes et profits, sous les flots du bavardage, les sommes astronomiques dépensées au nom et pour le compte des citoyens et contribuables pendant quatre longues années de tâtonnements et d’improvisation, de mises en scène et de tapage médiatique ».

Ainsi, au-delà de l’évaluation de l’organisation du Sommet, les socialistes soulèvent des questions liées à la gestion financière de l’ANOCI qui, à elle seule, disent-ils, « a englouti, à cette date, plus de seize (16) milliards de crédits de fonctionnement attachés à la réalisation de routes surévaluées manifestement à soixante dix (70) milliards pour moins de vingt (20) kilomètres d’extension et d’aménagement sur un linéaire préexistant pour l’essentiel et des ouvrages d’art arrachés au relief en dépit du bon sens : soit de faux frais de maîtrise d’ouvrage déléguée plus de quatre fois supérieurs aux normes internationales de référence ». Ces questions concernent également, selon le Ps, les « coûts d’une démesure outrecuidante affichés pour la réfection plus que partielle de l’hôtel Méridien Président, pour l’affrètement à fonds perdus d’un paquebot ainsi que la réquisition aveugle de chambres d’hôtels inoccupées et la location, en pure perte, de parcs automobiles curieusement immobiles sans compter la nébuleuse qui entoure le contrat conclu avec l’agence de communication Publicis pour l’organisation matérielle du Sommet ».

Par ailleurs, sur le plan de l’organisation, les camarades d’Ousmane Tanor Dieng parlent de « fiasco qui a sanctionné le niveau de participation à ce 11ème sommet de l’Oci qui s’est tenue à Dakar les 13 et 14 mars derniers à Dakar. « A présent on connaît le résultat du Sommet de Dakar où le ratio de Souverains, de Chefs d’Etat et de Chefs de gouvernement présents sur le nombre d’Etats membres est le plus faible jamais enregistré en onze sommets de l’OCI », disent§ils, avant d’ajouter : « Il s’agit là d’un revers cinglant pour la diplomatie frénétique et exhibitionniste d’Abdoulaye Wade, revers qui aurait été bien pire si, en dernière minute, l’expertise des diplomates de carrière n’avait pas été mise à contribution pour la préparation scientifique du Sommet et pour le protocole ».

L’autre critère d’appréciation de la réussite du Sommet également défini par Abdoulaye Wade, disent-ils, était relatif à la réalisation d’infrastructures. « Là également, le constat est cruel : c’est l’inachèvement des infrastructures hôtelières et des ouvrages routiers dont on nous avait promis la livraison clefs en main bien avant la tenue du Sommet ». Et pour ce qui est de la « la révision de la Charte de l’OCI, dont le Sommet de Dakar n’a été que l’aboutissement du long processus entamé depuis plus de vingt ans, a consisté à une adaptation formelle du texte au fonctionnement actuel de l’OCI. A ce sujet, l’actualisation de la Charte cache mal un simple report des dissensions idéologiques restées intactes entre Etats membres sur les orientations de l’organisation, sur son appellation et sur la conception des droits de l’homme ».

En effet, aintenant que le 11ième sommet de l’OCI a vécu, le Parti socialiste invite Abdoulaye Wade à « ouvrir les yeux sur la situation désastreuse du pays, notamment sur les drames humains que vivent les familles rurales et urbaines pour pourvoir à une alimentation modeste, sur le coût insoutenable de la vie accentuée par de nouvelles hausses sur les prix des denrées et produits de consommation courante, sur la situation préoccupante de l’école sénégalaise placée une nouvelle fois, sous la menace d’une année blanche ».

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1446 fois

Jeudi 27 Mars 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State