Référence multimedia du sénégal
.
Google

108 hectares de terres de Mont Rolland cédés par l’Etat à la Sspt : Les populations crient à la spoliation

Article Lu 1885 fois


(Correspondance) - Les populations de la communauté rurale de Mont Rolland ne veulent plus entendre parler d’une reprise des activités de la Société sénégalaise des phosphates de Thiès (Sspt) dans leur terroir. Cette société qui avait délaissé le site après une exploitation de 25 ans vient de bénéficier de 108 hectares de terres de l’Etat sénégalais pour reprendre l’exploitation de la mine d’alumine et de chaux dont regorge le sous-sol de Mont Rolland. Une expérience d’un quart de siècle que les populations n’entendent plus vivre. Et pour justifier cette position tranchée, elles brandissent les dizaines d’hectares de cratères que l’exploitant a laissés derrière lui au moment de son départ. Des terres qui ont été rendues incultes et qui rendent inaccessibles beaucoup de villages alentour. Ainsi, leur refus, les mont-rollantais présents à l’audience publique tenue hier à cet effet dans la salle de délibération du conseil rural, conformément aux exigences du code de l’environnement, l’expliquent non seulement par les conséquences néfastes de cette exploitation sur l’environnement mais aussi et surtout par le fait qu’elle prive les populations de leurs terres qui constituent leurs seules sources de revenus. En effet, les deux localités les plus touchées, Palo et Colobane Thiombane, constituent des zones à vocation exclusivement agricole. Aussi disent-ils ne pas comprendre que l’Etat ait choisi de concéder à l’exploitant une aussi importante surface sans en avoir, au préalable, discuté avec les populations. Un état de fait qui fera d’ailleurs dire au président du Conseil rural de Mont Rolland, Yves Lamine Ciss, que s’il est vrai que les ressources minières ne font pas partie des compétences transférées, il n’en demeure pas moins que la concession des mines dans certaines conditions met en mal les élus qu’ils sont avec les populations. ‘L’Etat récupère les fonds sociaux versés par les exploitants et laisse le conseil rural gérer seul les conflits fonciers qui naissent de l’expropriation des terres renfermant la mine puisqu’il est impossible d’exploiter le sous sol sans toucher à la surface qui est une compétence transférée’, se lamente-t-il. Et poursuit-il, les populations croient toujours que c’est le conseil rural qui les a expropriées.
L’audience publique de Mont Rolland sera ainsi mise à profit par les populations pour poser des exigences s’il s’avérait que la reprise des activités était inévitable. Dans ces exigences figure en bonne place la réhabilitation de l’ancien site qui devrait être redistribué aux paysans qui seront spoliés de leur terre afin de leur permettre de continuer leurs activités agricoles. De même, ils demandent que les terres qui seront exploitées soient réhabilitées aussitôt après. Toujours dans le cadre des exigences les populations se sont dites d’avis qu’en dehors des indemnisations, l’exploitant devra s’engager à privilégier la main d’œuvre locale. Ceci sans compter tout l’accompagnement social tant dans le domaine de la construction d’infrastructures socio-économiques de base que dans celui de la mise en place de conditions favorables à l’entreprise d’activités génératrices de revenus pour éviter aux populations de sombrer dans la pauvreté. Entre autres recommandations, ils demanderont la constitution d’une commission spéciale pour le suivi de l’application des mesures d’accompagnement retenues d’un commun accord. Toutes exigences qui ont semblé rencontrer l’oreille attentive du représentant de la Sspt à l’audience publique. Pour ce dernier, il ne fait aucun doute que pour les emplois qui ne nécessitent pas une certaine qualification, la main d’œuvre locale sera sollicitée. De même, l’expertise locale sera privilégiée. Et conformément au code de l’environnement, promet-il, le site exploité sera réhabilité. En somme, il s’engage à respecter le plan social minier tel que défini par le code d'environement

Sidy Dieng
Source Walfadjri


Article Lu 1885 fois

Mardi 4 Août 2009





1.Posté par Karim le 05/08/2009 10:40
pauvre population!

2.Posté par la grande royale le 05/08/2009 10:57
Salut
laissez nos terres car si vous y touchez vous verrez des sereres yuy naw ba palais ba
a bon entendeur gare à vous

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State