Référence multimedia du sénégal
.
Google

10 MILLIARDS PROMIS AU MONDE RURAL:Amath Dansokho et Me Aïssata Tall Sall : ” Wade a reculé devant la pression populaire”

Article Lu 1362 fois

Suite aux mesures prises par le président de la République Me Abdoulaye Wade et son gouvernement, en conseil des ministres, avant-hier, pour assister les paysans en vivres de soudure, Me Aïssata Tall Sall du Parti socialiste et Amath Dansokho, secrétaire général du parti de l'indépendance et du travail (Pit) dont leurs formations politiques, d'ailleurs, comme le reste des autres partis du front "Siggil Senegaal" n'avaient, depuis plusieurs mois, cessé de tirer la sonnette d’alarme sur la situation désastreuse qui sévit dans le monde rural, "se sont réjouis de ce premier geste". Toutefois, ils parlent du recul du régime libéral face à la clameur nationale.



Après avoir été accusé par l'opposition réunie au sein du Front "Siggil Senegaal" de vouloir faire la sourde oreille face à la situation désastreuse qui prévaut dans le monde rural depuis un certain temps, le président Abdoulaye Wade et son gouvernement ont finalement décidé de prendre des mesures urgentes en faveur de cette partie du pays. Réagissant à une telle décision, le secrétaire général du Parti de l'Indépendance et du Travail (Pit) s'est réjoui de la mesure prise par le chef de l'État, en acceptant de dégager une enveloppe de 10 milliards pour alléger les difficultés des populations du monde rural. Cependant, Amath Dansokh que nous avons joint hier par téléphone a estimé qu'"enfin Wade et son gouvernement ont pris conscience de la clameur nationale qui monte de plus en plus".
Mieux, notre interlocuteur dira : "Ce n'est pas un geste de magnanimité, ni de largesse. Mais, c'est la pression nationale qui fait reculer Me Wade". Par ailleurs, même s'il reconnaît le déficit pluviométrique survenu la saison écoulée, M. Dansokho accuse le régime en place d'être le seul responsable des difficultés du monde rural. "C'est le pouvoir libéral qui a provoqué le désastre en mettant un terme aux cultures de l'arachide", fulmine-t-il. Dans sa réaction, la chargé de communication du Parti socialiste embouche la même trompette que le leader du Pit. Pour Me Aïssata Tall Sall, c'est la preuve que le gouvernement ne pouvait plus continuer à faire la sourde oreille face au déficit alimentaire criard du monde rural. Selon la socialiste, "il faut se féliciter que le président Wade soit revenu à la raison".

Éviter une distribution partisane

En dépit des instructions données au Premier ministre pour mettre sur pied une commission qui sera chargée de la mise en oeuvre de la mesure, la répartition "équitable" de cette aide semble être une préoccupation pour certains. Pour Mme Hélène Tine de l'Alliance des Forces du Progrès (Afp), qui souhaite que la décision ne soit pas une "promesse de plus ", les dix milliards ne doivent pas être polititisés par les tenants du pouvoir. "Il faut une transparence dans la distribution des vivres et éviter une répartition partisane", dixit Mme Tine.
Car, "le problème qui sévit dans le monde rural est très sérieux. Il s'agit de 60 % de la population qui sont touchés par un déficit alimentaire", a-t-elle indiqué. C'est pourquoi la progressiste demande à ce que "la couleur politique" soit écartée lors de l'installation de la commission de distribution. Cet avis est partagé par Me Aïssata Tall Sall, qui exige que la distribution se fasse dans la "transparence et l'équité". De l'avis de la socialiste, il faut éviter ce qui s'était passé auparavant.

Prendre en compte le cheptel

À en croire nos interlocuteurs, la décision du président Wade d'injecter 10 milliards dans le monde rural pour répondre au déficit de production agricole est une décision à saluer mais elle devrait prendre en compte le cheptel. "Au-delà des êtres humains, les animaux souffrent", a laissé entendre la porte-parole du Ps. Pour Me Sall, l'aliment de bétail manque dans le monde rural. C'est pourquoi elle qualifie la décision du gouvernement d'un seul geste. Mme Hélène Tine, elle, n'a pas dit le contraire. À l'en croire, il faut aller au-delà des 10 milliards. "La situation du monde rural n'épargne pas le cheptel", lance-elle.

Source: Le Matin

Article Lu 1362 fois

Samedi 29 Mars 2008


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State